Newsletter n° 2017-12

Le 23 avril, votez ! « Promesses non tenues, deux candidats convoqués par la Justice, une forte personnalisation qui relègue au second plan les programmes des candidats font que cette présidentielle 2017 est marquée du sceau de l'indécision et de l'abstention (…) Dans cette optique, les citoyens que nous sommes doivent faire des choix car tous les programmes ne se valent pas, c'est une évidence. Cela nécessite de faire usage de son droit de vote. A l'opposé, s'abstenir, c'est prendre le risque de grossir le poids de formations politiques qui portent des valeurs contraires aux nôtres, qui prônent le rejet de l'autre, la haine et le repli sur soi » : ICI

« Ne pas voter, c'est aussi laisser le champ libre à des candidats dont les orientations sont antinomiques avec les principes de justice, égalité, laïcité que nous portons » : ICI

Le SNES-FSU a interpelé les candidats aux élections présidentielle et législatives sur l'avenir de l'école, du second degré et de ses personnels. Vous trouverez dans cette page les questions posées et un extrait de ses revendications : ICI

Certains candidats ont répondu : ICI

Notre Secrétaire Général, Bruno LEVEDER, considère lui aussi, dans son édito du journal CONVERGENCES du mois d’avril 2017, qu’« au-delà des conditions inédites de la campagne présidentielle et de son résultat imprévisible, au-delà des crises et des dangers pour la société française qu’elle met en lumière, les questions relatives à la fonction publique et aux services publics attirent bien sûr notre attention. Et nous les regardons au travers du prisme de nos revendications (…) Autant de raisons qui nécessitent que cette année encore nous puissions construire une mobilisation forte et unitaire pour le 1er mai. Le SNASUB-FSU, en tout cas, mettra son énergie dans cette perspective ».

La Manifestation du 1er mai à Paris partira à 14h30 de République : ICI

La quatrième vague du suivi barométrique Ifop pour Acteurs publics et Radio classique du comportement électoral des agents de la fonction publique est marquée par « une certaine érosion du socle électoral d’Emmanuel Macron, après qu’il a atteint son apogée, et par le croisement des courbes d’intentions de vote en faveur de Jean-Luc Mélenchon et de Benoît Hamon » (PDF iconSondage exclusif.pdf).

Les fonctionnaires commencent à se méfier des déclarations du candidat d’En marche ! qui assure notamment que son « objectif n’est pas d’enterrer le statut, mais d’ouvrir la fonction publique ». « La révolution passe par l’individualisation du suivi RH de chaque agent, la suppression des verrous qui font obstacle à la mobilité et le renforcement de la formation professionnelle » (PDF iconEmmanuel Macron.pdf).

Quant au candidat LR, il lui est reproché de « demander davantage d’efforts à la fonction publique d’État, qui en a déjà fait beaucoup, et finalement très peu à la fonction publique territoriale, qui est pourtant responsable d’une bonne partie des dérives constatées ». Terra Nova juge que François Fillon, “candidat des clientèles politiques”, a cédé au lobbying des élus locaux LR (PDF iconTerra Nova pilonne les suppressions de postes promises par François Fillon.pdf).

L’universitaire Émilien Ruiz a analysé les propositions des candidats en matière de réduction des effectifs de fonctionnaires. Son constat est clair : « Une politique de compression, si elle doit être massive, ne saurait être sans conséquence sur le périmètre des services publics ». L’occasion pour ce maître de conférences à l’université de Lille de dénoncer « un fantasme persistant autour du nombre d’agents publics » (PDF iconÉmilien Ruiz.pdf).

Les candidats ne peuvent pas oublier, comme le rappelle la secrétaire Générale de la FSU, Bernadette GROISON, dans une vidéo où elle répond à 3 questions, que la Fonction publique est au service de l'intérêt général : ICI

Dans la même perspective, les acteurs de la société civile française solidaires pour le développement de l'Éducation à l'Environnement vers un Développement Durable affirment qu'il est temps d'agir. Des citoyen.ne.s organisé.e.s, engagé.e.s au sein des réseaux et collectifs régionaux et de ce Collectif ont décidé de participer au débat public en proposant 10 mesures concrètes pour développer l'Éducation à l'Environnement : ICI

En conclusion, il est de notre responsabilité, dans cette période complexe où tout peut arriver, de voter et faire voter pour défendre les valeurs et les engagements que nous partageons.

 

 

Actualités diverses et Fonction Publique

Pour son dernier Conseil commun de la fonction publique, le 11 avril, la ministre de la Fonction publique a appelé à la « nécessaire modernisation de cette instance de dialogue social. Il faut notamment sortir des postures ». Annick Girardin a aussi réaffirmé être favorable à une politique de fusion des corps (PDF iconLes fonctionnaires sont d’accord pour réformer leur instance de dialogue social.pdf).

Le 7 avril dernier, c’était la journée mondiale de la santé. Cette date marque l'anniversaire de la création de l'Organisation mondiale de la santé. C'est l'occasion de rappeler que la santé est un bien fondamental. Or dans de nombreux pays, les inégalités en matière de santé sont importantes : ICI

C’est le fruit de plusieurs mois de discussions avec les représentants du personnel et des employeurs des trois versants de la fonction publique : une circulaire de la ministre de la Fonction publique, en date du 28 mars, dévoile le plan d’action pluriannuel du gouvernement pour une meilleure prise en compte de la santé et de la sécurité au travail dans la fonction publique (PDF iconPlan d'action sur la santé des fonctionnaires.pdf).