Dégat des eaux - Réunion du 20 décembre 2017

Contenu public, visible par tous.

REUNION INTERSYNDICALE

 EN DATE DU  20 DECEMBRE 2017,  EN PRESENCE DE :

- Mme la Secrétaire Générale, Sandrine DEPOYANT-DUVAUT – Mme Muriel BONNET

– M. Jean-Claude Barrière

 

La S.G n’était pas favorable à la présence de deux collègues accompagnées par FO pour discuter de leurs conditions de travail. Elle s’est expliquée par le fait que :

-  c’est une réunion intersyndicale, que ces personnes peuvent être reçues en dehors de cette séance, que les modalités de fonctionnement et les règlements à respecter ne permettent pas d’accepter leur présence à cette réunion.

Pour cela, Les membres des deux syndicats FO et CGT ont décidé de ne pas assister à l’audience.

M. FERNANDEZ s’est exprimé par le fait que le syndicat représente les collègues et non pas l’administration.

*****

EN CE JOUR, A ETE ABORDE :

  1. Les mesures prises par rapport au signalement sur les rongeurs,
  2. Les aménagements en cours, ou à venir, dans les services ainsi que  les solutions à apporter pour de meilleures conditions de travail,
  3. L’évaluation de l’expertise qui est en cours, suite aux dégâts des eaux,
  4. Les procédures en matière de contrôle et de sécurité qui vont être adoptées, ou mises en œuvre, pour que de tels dégâts ne se renouvellent (ou qu’ils puissent être évités).

 

1 - SUR LES RONGEURS :

Cinq signalements ont été transmis, par écrit, auprès de  la DIL (en dehors des séances) ente le 09 et 15 novembre.

  • Les mesures prises : des pièges à rongeurs dans les différentes parties privatives.
  • A la demande de la SG, un nettoyage des excréments  a été fait immédiatement dans les bureaux.
  • La copropriété prendra des mesures nécessaires dans les parties communes (pièges à rongeurs), y compris dans le parking.
  • A titre préventif et pour intervenir à long terme, un dispositif sera mis en place pour éviter la présence des souris et des insectes, surtout dans les locaux techniques. Pour cela, toute présence de rongeurs doit être signaler à la DIL.
  •  Un contrôle et un suivi seront assurés par la société.

 

2 -  SUR LES CONDITIONS DE TRAVAIL, APRES LA REINSTALLATION A VISALTO ET AU LYCEE LAZARE DE PONTICELLI

C’est assez variable…

- AU SERVICEC DES AFFAIRES MEDICALES ET SOCIALES (SAMS)

Au niveau du comité médical, le chef de bureau a été reçu, par Mme BONNET et le Directeur des Ressources humaines, pour signaler leurs difficiles conditions de travail ; 7 agents avec le responsable, dans un même bureau. Pour l’instant la  recherche d’une solution est en cours.

- Pour un autre bureau, celui du Logement (très petit), une solution a été retenue : Les inspecteurs ont mis à leur disposition un de leurs bureaux et l’aménagement a été mis en place.

- COTE DIVISION VIE DE L’ELEVE : DVE

Au RDC, Service Bourse : le collègues rencontrent un problème de chauffage - pas assez suffisant malgré les convecteurs.

Concernant l’escalier, la copropriété est en charge de la gestion de cette partie.

La S.G s’est exprimée que :

- Si le problème n’est pas résolu il faut de suite faire un signalement sur une prestation logistique.

- qu’il faut retravailler l’aménagement des espaces de travail pour concevoir des bureaux plus agréables, avec moins de cloisons. Mais certains agents bien installés, ne veulent pas retourner dans leurs bureaux d’avant ; ils sont satisfaits de leurs nouveaux locaux.

- AU LYCEE LAZARE PONTICELLI

Le service des médecins den faveur des élèves n’est pas très bien aménagé. Et un problème de chauffage se présente ; il faut mettre les radiateurs en fonctions des normes ( à ce jour, ils ne sont pas adaptés aux surfaces à chauffer).

L’amélioration se fera en retravaillant l’agencement des espaces de travail, à la DVE et au lycée Lazare de PONTICELLI.

 

3 - SUR LES EXPERTISES

       * Plusieurs expertises sont en cours et la recherche des responsables sont en cours pour aboutir à une conclusion.

      *  Une expertise (qui est tout à fait indépendante de la 1ère) va servir à :

-  A donner un coût et à une remise en état qui sera chargée par un maitre d’œuvre,

-  A détecter Les dommages visibles et invisibles,

-  A rédiger un cahier des charges CCTP,

-  A consulter des entreprises pour un devis (appels d’offre)

Un économiste doit faire les analyses des devis collectés. C’est La phase des analyses des devis, puis viendra la conception d’un calendrier ou d’un planning des travaux à exécuter, afin de remettre les locaux en état.

 

En janvier, la S.G espère pouvoir disposer d’un tableau prévisionnel pour la remise en état des locaux et souhaite éviter toute fausse estimation. Aux dires de l’expert : « il n’y a pas d’intérêt à mettre la pression, pour éviter une mauvaise estimation ».

Les 2 expertises ne sont pas liées.

Une fois le planning prévisionnel prêt, les travaux peuvent commencer.

Début janvier, une meilleure vision  avec la réunion des experts, des maitres d’œuvres et des représentants du ministère. C’est une opération complexe, il faut du temps contenu de la superficie des locaux à aménager.

 

4 - SUR LES MESURES PRISES EN MATIERE DE SECURITE ET DE CONTROLE

La 1ère mesure repose  sur :

  • les procédures de contrôle : l’idée est de prévenir et éviter que ce genre de sinistre ne recommence,
  • Sur le bâtiment A et sur le bâtiment B, il faut faire une ronde dans les locaux techniques,
  • Une société de surveillance fera des visites (des rondes avec M. CORTINA)
  • Tous les points sensibles doivent être repérés (toilettes, locaux techniques et le faux plafond).

La 2ème mesure repose sur :

  • Le Re-Paramétrage du logiciel qui gère le bâtiment (avec des alarmes et des alertes),
  • Les paramétrages à affiner (en cotations d’alerte prioritaires),
  • L’Intégration d’une alarme sonore  qui va être mise en place avec  3 types de couleurs,
  • Le passage de l’atelier de maintenance qui sera fixé à 2 fois par semaine.
Catégorie: