CTA DU 26 MARS 2019 : LE SNASUB DIT NON AUX SUPPRESSIONS

Contenu public, visible par tous.

DECLARATION LIMINAIRE

COMITE TECHNIQUE ACADEMIQUE 26 MARS 2019

 

La rentrée 2018 et ses 200 suppressions de postes à peine passée, dans des conditions dégradées pour nombres de services et d’équipes administratives dans les établissements,

le ministre de l’éducation nationale Jean-Michel Blanquer impose 400 suppressions de postes administratifs pour la rentrée 2019 dont 18 incluant 4 postes au Siec pour l’Académie de Paris.

Cette nouvelle mesure de restriction budgétaire va fragiliser une nouvelle fois les services et établissements.

Elle appelle de notre part plusieurs remarques :

  • Malgré notre participation assidue et constructive aux différents groupes de travail, nous constatons que les éléments pris en compte pour le barème d’attribution des postes sont toujours inchangés en dépit des changements importants pour certains établissements (CSP, nombre de boursiers…). A l’évidence, la DOPS conserve un schéma obsolète et l’applique année après année.
  • Nous nous interrogeons aussi sur la notion de dotation excédentaire ou déficitaire :

Par exemple, le lycée Janson de Sailly a récupéré à la rentrée la mutualisation de paie qui était auparavant au lycée Diderot. A périmètre égal et en sachant que pendant longtemps le lycée Diderot était en déficit de postes, le lycée Janson de Sailly perd un poste, de plus la situation difficile des dettes de l'A.s.p pour tous les EPLE parisiens mais notamment pour les établissements mutualisateurs comme JANSON nécessiterait au contraire la mise en place des moyens nécessaires pour avancer sur le règlement des dettes ASP

  • Déqualification des postes

le SNASUB s’est battu depuis des années avec constance et opiniâtreté pour obtenir la nécessaire requalification des emplois et faire reconnaitre la réalité des tâches confiées à nos collègues. Le ministère nous a entendu puisqu’un plan de requalification des emplois a été mis en place pendant 4 ans.

Déqualifier aujourd’hui c’est revenir en arrière de façon injustifiée.

Cette mesure ne va pas dans le sens d’un meilleur encadrement dans les établissements et décrédibilise la politique menée auprès des personnels depuis des années.

En conclusion, Le SNASUB-FSU ne peut que s’opposer à ces suppressions supplémentaires qui s’ajoutent aux milliers déjà subies entre 2004 et 2012 par les services académiques et les établissements scolaires que les 550 créations du dernier quinquennat n’auront en rien compensées compte-tenu de l’accroissement des charges de travail.

PDF iconmesures de rentree 2019 administratifs et techniques.pdf

Le secrétaire académique - Ludovic LAIGNEL