Actualités 2nd degré

S'abonner à flux Actualités 2nd degré Actualités 2nd degré
Mis à jour : il y a 6 jours 3 heures

Rectification de l’évaluation des DNL au Bac

jeu, 04/11/2021 - 13:00

Il aura fallu deux mois au ministère pour modifier le BO concernant les DNL.

Pour mémoire, la note de service du 29-7-2021 avançait que :

« Les résultats obtenus par l’élève dans chaque discipline non linguistique (DNL) font l’objet d’une moyenne annuelle, qui figure dans son livret scolaire, pour chaque année scolaire. Cette moyenne est distincte des moyennes de langue vivante et des moyennes des enseignements auxquels correspondent les DNL.

Lorsque l’un des enseignements dont la moyenne annuelle est prise en compte pour le baccalauréat (histoire-géographie, enseignement scientifique en voie générale, mathématiques en voie technologique) est suivi en discipline non linguistique, la moyenne de DNL correspondante est prise en compte pour l’examen, en lieu et place de l’enseignement, avec le coefficient prévu par la réglementation pour cet enseignement. »

En plus d’interpeller les services, nous avions alors rédigé un article pointant le problème :
https://www.snes.edu/article/sections-europeennes-et-dnl-confusion-et-consternation/

Le Ministère vient donc de corriger le tir avec une modification parue dans la note de service du 22-10-2021 :

« Dans la partie 2 du I., intitulée « Disciplines non linguistiques », la phrase rédigée comme suit :

« Lorsque l’un des enseignements dont la moyenne annuelle est prise en compte pour le baccalauréat (histoire-géographie, enseignement scientifique en voie générale, mathématiques en voie technologique) est suivi en discipline non linguistique, la moyenne de DNL correspondante est prise en compte pour l’examen, en lieu et place de l’enseignement, avec le coefficient prévu par la réglementation pour cet enseignement. »

est supprimée. »

The post Rectification de l’évaluation des DNL au Bac appeared first on SNES-FSU.

Portail mutations 2022

mer, 03/11/2021 - 23:07

Bienvenue sur le portail des mutations, regroupant les outils et conseils du SNES-FSU pour votre projet de mutation.

Mouvement inter

Les premières informations, c’est ici.

Les outils du SNES-FSU

Cette rubrique sera mise à jour régulièrement.

Contacter le SNES-FSU
  • Dans les sections académiques
    Les sections académiques s’adaptent au contexte sanitaire et proposent des modalités spécifiques cette année. Consultez le site de votre section académique, et notamment la partie « mutations » pour savoir comment obtenir aide et conseils.
    • les rendez-vous individuels. Attention en raison du contexte sanitaire, ces rendez-vous se feront par téléphone ou en visio et non dans les locaux.
    • les permanences et réunions « mutations » en visio en raison du contexte sanitaire
    • obtenir les cartes des mouvements inter précédents par discipline en format papier
  • La section nationale du SNES-FSU
    En raison de la situation sanitaire, privilégiez les contacts par mail en précisant votre nom et en indiquant un numéro de téléphone afin qu’un militant puisse vous rappeler le cas échéant.
    46, avenue d’Ivry 75647 Paris Cedex 13
    Mél. : emploi@snes.edu
    Tél. : 01 40 63 29 64

The post Portail mutations 2022 appeared first on SNES-FSU.

Journée mondiale d’action pour la justice climatique

mer, 03/11/2021 - 13:19
L’appel

« Le dérèglement climatique, c’est notre présent à toutes et tous, partout dans le monde. Phénomène global, il appelle des réponses mondiales : baisse massive des émissions de gaz à effet de serre, lutte contre les pollueurs et le système productiviste qu’ils nourrissent, solidarité internationale entre les pays riches et le Sud global, justice sociale et protection des droits humains doivent être les principes directeurs de l’action pour la justice climatique. » L’appel dans son intégralité

Communiqué de presse Visualiser en plein écran Les lieux des mobilisations

Voir aussi la carte mondiale des mobilisations et la page Facebook dédiée aux mobilisations en France le 6 novembre

Voir aussi
  • Le manifeste de l’Internationale de l’Education pour une éducation de qualité au changement climatique pour toutes et tous en ligne

  • Le collectif « Plus Jamais ça » qui regroupe, dans une démarche originale, des associations et organisations syndicales (dont la FSU) a publié son « plan de rupture » : 10 objectifs déclinés en 20 mesures qui permettent de construire un nouveau modèle économique et social, parmi lesquels : accompagner durablement la reconversion, transformer nos modes de production, de mobilités et de consommation, proposer un plan sociale et écologique de l’agriculture et l’alimentation.

Le plan de rupture dans son intégralité est en ligne

Un plan de rupture pour une transformation profonde de la société par le collectif Plus Jamais Ça @lacgtcommunique @attac_fr @greenpeacefr @oxfamfrance @UnionSolidaires @ConfPaysanne @amisdelaterre https://t.co/nK1rVel5zJ

— FSU (@FsuNationale) August 26, 2021

The post Journée mondiale d’action pour la justice climatique appeared first on SNES-FSU.

Mutations 2022 : fiche de suivi individuel

mar, 02/11/2021 - 13:40

Que vous participiez au mouvement inter général, à un mouvement sur postes spécifiques nationaux ou au nouveau mouvement sur postes à profil, la fiche syndicale de suivi individuel et de mandatement est un outil indispensable pour être défendu et représenté.

Votre intérêt est de la compléter avec le plus grand soin car elle donne à vos représentants SNES-FSU les précisions nécessaires sur votre situation de demandeur de mutation.

N’oubliez pas de signer la formule nous autorisant à recourir à l’informatique pour vous informer, et à nous mandater pour le suivi de votre dossier.

Pour le mouvement interacadémique général, nous vous conseillons de compléter la fiche en ligne (en cliquant sur le lien ci-dessous). D’ailleurs, si vous êtes adhérent, en passant par votre espace adhérent, un certain nombre de rubriques sont pré-remplies.

Mouvement interacadémique général 2022

Fiche de suivi en ligne (pré-remplie pour les adhérents)

Fiche mouvement interacadémique général 2022Télécharger

La fiche téléchargeable pour le mouvement général est à retourner, accompagnée de la copie du dossier de participation, à la section académique SNES-FSU dont vous dépendez actuellement (le secteur Hors-de-France du SNES si vous êtes en réintégration). Les coordonnées des sections académiques et du secteur Hors-de-France SNES-FSU sont ici.

Mouvement sur postes spécifiques et postes à profil nationaux 2022 Postes spécifiques nationaux hors CPGE et DDF / Postes à profil 2022Télécharger DDF(PT) (ex chefs de travaux 2022Télécharger CPGE 2022Télécharger

Les fiches syndicales pour les mouvements sur postes spécifiques hors CPGE sont à retourner, accompagnées de la copie du dossier de candidature, au secteur emploi du SNES national (emploi@snes.edu). Les fiches syndicales pour le mouvement des classes préparatoires sont à retourner, accompagnées de la copie du dossier de candidature, au secteur Classes préparatoires du SNES national (prepas@snes.edu).

The post Mutations 2022 : fiche de suivi individuel appeared first on SNES-FSU.

Protection sociale complémentaire : y voir plus clair !

mar, 02/11/2021 - 09:42

A partir du 1er janvier 2022, l’ensemble des agents actifs de la Fonction publique de l’Etat auront droit à un remboursement partiel forfaitaire de 15 euros bruts mensuels, pour leur cotisation à une assurance complémentaire en santé (mutuelle). Plus d’informations ici : « Protection sociale complémentaire : mode d’emploi »

Cette obligation de participation financière des employeurs publics de l’Etat à la complémentaire est inédite. Elle rend possible la participation financière des employeurs publics à la complémentaire et d’améliorer très légèrement le pouvoir d’achat de certains agents mais elle va déstabiliser les solidarités actuelles, la Sécurité sociale et le modèle mutualiste.

La FSU fait le point sur les enjeux de ce dossier dans la publication ci-dessous.

Visualiser en plein écran

The post Protection sociale complémentaire : y voir plus clair ! appeared first on SNES-FSU.

Inter 2022 : le calendrier

jeu, 28/10/2021 - 11:58

À chaque étape de votre participation au mouvement, les militants et élus du SNES-FSU, dont l’expertise en matière de mutations n’est plus à démontrer, sont à votre disposition pour vous conseiller et vous accompagner. Prenez contact avec votre section académique SNES-FSU !

  • du mardi 9 novembre 2021 à midi au mardi 30 novembre 2021 à midi, saisissez sur SIAM vos vœux pour le mouvement inter et / ou pour le mouvement sur postes spécifiques nationaux. Contactez les élus et militants de votre section académique SNES-FSU afin d’obtenir les meilleurs conseils pour élaborer votre liste de vœux.
  • à partir du 1er décembre 2021, téléchargez votre confirmation de demande dans l’application SIAM. Vous devrez la remettre à votre chef d’établissement une fois complétée des pièces justificatives et signée (voir calendrier académique). Faites parvenir une copie complète de votre dossier à votre section académique SNES-FSU.
  • en décembre 2021, en fonction du calendrier académique, constituez votre dossier justifiant votre situation de handicap. Il est recommandé de ne pas attendre le dernier moment pour entreprendre vos démarches auprès du médecin conseiller technique du recteur et/ou auprès de la maison départementale des personnes handicapées. Contactez votre section académique SNES-FSU pour vous accompagner dans vos démarches.
  • en janvier 2022, selon le calendrier académique, consultez votre barème. La section académique du SNES-FSU vous aidera pour la vérification du nombre de points attribués pour chacun de vos vœux et vous accompagnera dans votre éventuelle demande de correction.
  • vendredi 11 février 2022 minuit : date limite pour envoyer une demande tardive. Contactez votre section académique SNES-FSU pour vous accompagner dans votre démarche.
  • jeudi 3 mars 2022 : l’administration vous communiquera votre résultat individuel. Si vous n’êtes pas satisfait-e du résultat, contactez le secteur emploi du SNES-FSU national (emploi@snes.edu) qui pourra vous accompagner et vous représenter auprès du ministère pour un recours.

The post Inter 2022 : le calendrier appeared first on SNES-FSU.

Prime REP/REP+ pour les AESH : le mépris du ministre

mar, 26/10/2021 - 17:15

A l’occasion de l’étude du budget 2022 en séance publique à l’assemblée nationale, le ministre s’est opposé à un amendement (portée par un député de sa majorité gouvernementale…!) proposant d’étendre la prime REP/REP+ aux AESH.

Jean-Michel Blanquer a expliqué que les AESH allaient bénéficier d’une augmentation indiciaire. Une justification totalement hors de propos puisque cette « revalorisation » concerne tou-tes les AESH, qu’ils ou elles exercent en éducation prioritaire ou pas.

Et il faut rappeler que pour les AESH qui sont dans leur premier CDD, il n’y a aucune revalorisation : leur traitement est aligné sur le SMIC horaire. Pour celles et ceux qui sont dans leur deuxième CDD ou suivant, l’augmentation est de 4 points d’indice, soit +18€74 brut mensuel pour un plein temps (+11€62 pour la majorité des AESH qui sont à 62%). C’est donc une provocation de plus !

C’est comme cela que Jean-Michel Blanquer entend montrer aux AESH qu’ils et elles font pleinement partie des équipes éducatives ?

C’est comme cela que Jean-Michel Blanquer fait de l’inclusion des élèves en situation de handicap une priorité ?

The post Prime REP/REP+ pour les AESH : le mépris du ministre appeared first on SNES-FSU.

Prime Rep/Rep+ pour les AED !

mar, 26/10/2021 - 14:00

Comment expliquer que des personnels qui partagent le même quotidien et les mêmes conditions de travail que les professeurs et CPE des établissements se voient ainsi privés de cette prime ? Le SNES intervient régulièrement pour obtenir le versement de cette prime pour les AED.

Cette revendication faisait partie des mots d’ordre des mobilisations intersyndicales de l’année 2020-2021.

A l’occasion de l’étude du budget 2022 en séance publique à l’assemblée nationale, le ministre s’est opposé à un amendement (portée par une députée de sa majorité gouvernementale…!) proposant d’étendre la prime REP/REP+ aux AED.

Jean-Michel Blanquer a préféré pointer la possibilité bientôt offerte aux AED de faire des heures supplémentaires ! Une nouvelle provocation ministérielle : les vies scolaires sont au bord de l’implosion faute de moyens, les AED vivent dans une grande précarité et la seule réponse du ministère est donc…les heures supplémentaires, soit un énième remake du « travailler plus pour gagner plus », qui n’est en rien une revalorisation ou une amélioration des conditions de travail. Cet amendement prévoit le financement du versement de la prime REP/REP+ par des crédits initialement dévolus à l’enseignement privé. Faut-il voir dans le refus ministériel un nouveau cadeau au privé dont Jean-Michel Blanquer est désormais un grand habitué ?….

Le SNES-FSU continuera d’agir : les AED sont indispensables au bon fonctionnement des établissements, mais ont souvent été les grands oubliés des politiques gouvernementales.

Stop à la précarité et au manque des moyens !

Le SNES-FSU exige notamment

  • le recrutement d’AED
  • l’augmentation des salaires
  • la prime REP/REP+ pour les AED en Education prioritaire
  • la prise en compte du congé formation pour toutes et tous
  • l’ouverture de discussions pour des évolutions statutaires contre la précarité des AED

Plus d’informations dans la rubrique AED du site et dans notre publication de rentrée en ligne

The post Prime Rep/Rep+ pour les AED ! appeared first on SNES-FSU.

Mutations 2022 : c’est pour bientôt !

mar, 26/10/2021 - 11:48
Quel calendrier pour l’inter ?

Aucun calendrier n’est encore définitivement arrêté par le ministère. Le comité technique (CT) ministériel traitant des lignes directrices de gestion (LDG) mobilité étant reconvoqué le 22 octobre 2021, tout laisse à penser que ces LDG ainsi que les autres textes qui régissent le mouvement seront publiés au BO dans la première quinzaine du mois de novembre. Les serveurs pour saisir votre demande devraient être ouverts dans la foulée et rester ouverts pendant une période de trois semaines, jusque vers la fin novembre.

Le SNES-FSU à vos côtés dès maintenant

D’ores et déjà les sections académiques du SNES-FSU et le secteur emploi du SNES-FSU national sont prêts à vous conseiller et à vous accompagner dans votre participation au mouvement à chacune des étapes : choix des vœux à saisir, ordre dans lequel les placer, vérification des pièces justificatives à fournir à l’administration, aide au calcul de votre barème, vérification du barème pour chaque vœu (au moment de l’affichage sur SIAM) et le SNES-FSU sera là au moment où l’administration vous communiquera votre résultat et il pourra vous accompagner et vous représenter dans une éventuelle démarche de recours.

Nouveautés pour le mouvement 2022 : le ministère passe en force

Les textes qui ont été présentés au CT ministériel contiennent un certain nombre de nouveautés contre lesquelles la FSU est intervenue lors des GT préparatoires et a déposé des amendements. Malgré un vote des organisations syndicales unanime défavorable sur les LDG lors du CT ministériel du 13 octobre, le ministère n’a pas souhaité revoir sa copie pour la nouvelle séance du CTMEN du 22 octobre.

Un nouveau mouvement sur postes à profil

En plus du mouvement inter général et du mouvement sur postes spécifiques nationaux auxquels nous sommes habitués, le ministère instaure cette année à titre expérimental un mouvement sur postes à profil qu’il désigne par l’acronyme « POP ».

Cet acronyme a beau être sympathique, ce mouvement est une véritable usine à gaz qui n’est pas sans rappeler le mouvement sur postes ÉCLAIR, mis en place par le ministre Chatel dans les années 2010 et qui avait été un échec total. Le mouvement « POP » se met en place à la hâte, sans réflexion approfondie et sans concertation, pour répondre aux conclusions du Grenelle qui impose le développement des postes à profil. Ce sont les services déconcentrés qui ont la main pour définir la liste des postes à profil. Le ministère n’a même pas été en mesure de donner le nombre exact de postes concernés ! Ce mouvement POP est aux antipodes de la transparence que le ministère se plaît à afficher dans le texte des LDG.

Dans ce mouvement, le ministère mélange dangereusement des postes requérant des compétences particulières et des postes réputés peu attractifs (zone rurale isolée, insulaire, montagneuse par exemple) de chaque académie. Concernant les postes requérant des compétences particulières, un mouvement existe déjà : c’est le mouvement sur postes spécifiques. Doit-on comprendre que pour exercer dans les établissements des zones citées, il faut disposer de compétences particulières ? Là encore le ministère n’a pas été en mesure de nous citer le moindre exemple de ces compétences nécessaires.

Les collègues qui obtiendront une affectation sur un poste à profil s’engagent à y rester 3 ans. Que se passe-t-il si un accident de la vie empêche le collègue de rester affecté 3 ans sur l’établissement ? Là encore, aucune réponse du ministère !

La mise à l’écart de postes pour les proposer en POP diminuera d’autant le nombres de capacités d’accueil au mouvement inter, ce qui va rendre encore plus difficile l’accès à un certain nombre d’académies. Ce mouvement, hors barème, fera sans aucun doute plus de déçus que de satisfaits sur les postes les plus attractifs et ne va pas résoudre le problème d’attractivité des autres postes. Le SNES-FSU répondra présent pour accompagner les collègues dans les démarches de recours.

Parent isolé et sportif de haut niveau : des situations qui ne sont plus prises en compte dans le barème

Depuis le mouvement 2018, grâce aux discussions entre les syndicats de la FSU et le ministère, la situation de parent isolé était reconnue par une bonification spécifique dans le barème du mouvement. Pour répondre avec beaucoup de zèle à un arrêt du Conseil d’État, le ministère a décidé de supprimer purement et simplement cette bonification. Cette dernière, qui reconnaissait qu’une mutation pouvait améliorer les conditions de vie des enfants élevés par un seul parent, bénéficiait en grande majorité à des femmes. Sa suppression n’empêche pas le ministère d’afficher une politique volontariste en matière d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes !

La bonification pour les sportifs de haut niveau connaît le même sort et disparaît.

à suivre…

Nos publications et articles à venir feront un point exhaustif sur le mouvement 2022. N’hésitez pas à contacter la section académique du SNES-FSU afin de bénéficier des meilleurs conseils et mettre de votre côté le maximum de chances d’obtenir l’académie que vous souhaitez !

The post Mutations 2022 : c’est pour bientôt ! appeared first on SNES-FSU.

Élection 2022 : faisons entendre notre voix

dim, 24/10/2021 - 22:19

Suppressions d’emplois, réformes, annonces médiatiques…ce quinquennat a été marqué par une avalanche de mesures éducatives qui ont profondément mises à mal notre système éducatif. Le bilan est sans appel !

Et maintenant ? Agir avec le SNES-FSU

Avec vous, le SNES-FSU portera la voix des personnels dans la campagne électorale. Inscrivez-vous pour recevoir toutes les informations sur les initiatives du SNES-FSU et participer à nos actions.

Nom Prénom E-mail Envoyer

The post Élection 2022 : faisons entendre notre voix appeared first on SNES-FSU.

AESH : mise en œuvre de la nouvelle grille

dim, 24/10/2021 - 16:19

La mise en œuvre de la nouvelle grille pour les AESH se déroule actuellement dans les académies. Elle doit être effective sur la paye de novembre. Pour cela chaque AESH devra avoir signé un avenant à son contrat au plus tard le 22 octobre 2021.

Quelle démarche ?

Il n’y a normalement aucune initiative à prendre. L’avenant au contrat qui entérine le reclassement doit être proposé automatiquement en fonction de type de contrat en cours (1er CDD, Deuxième CDD ou suivant, CDI) et de la date de prise d’effet de contrat.

L’avenant doit être signé avant le 22 octobre pour que l’effet du reclassement soit effectif sur la paye de novembre.

L’avenant doit mentionner l’échelon dans la nouvelle grille ainsi que l’ancienneté dans cet échelon au 1er septembre 2021. Il ne doit pas mentionner l’indice qui est déterminé par la grille.

Vérifier son reclassement

Le SNES-FSU vous propose son calculateur de reclassement pour vérifier que votre situation a bien été prise en compte par l’administration. En cas de difficultés, contactez la section académique du SNES-FSU.

Comment ça marche ?
  • Vous êtes en CDD
    • C’est votre premier CDD d’AESH.
      • Votre contrat a débuté au plus tard le 1er septembre 2021.
        Vous êtes reclassé-e au 1er échelon de la nouvelle grille, à l’indice majoré 340.
        L’ancienneté retenue est celle de votre contrat.
        Exemple, pour un CDD ayant débuté le 1er septembre 2020, vous êtes reclassé-e au 1er septembre 2021 au 1er échelon avec une ancienneté de 1 an.
        Lorsque vous signerez votre second CDD, vous passerez au deuxième échelon (indice 345)
      • Votre contrat a débuté le 2 septembre 2021 ou plus tard.
        • Si votre contrat a été signé avant le 1er septembre 2021, vous devez signer un avenant pour mettre votre contrat en conformité avec le nouveau modèle.
        • Si votre contrat a été signé après le 1er septembre 2021, vous n’avez pas d’avenant à signer : le contrat a dû être établi conformément au nouveau modèle.
        • Dans les deux cas, vous êtes classé-e au 1er échelon de la grille.
    • Ce n’est pas votre premier contrat d’AESH
      • Vous êtes reclassé-e au 2e échelon de la grille, à l’indice majoré 345.
        L’ancienneté retenue est celle de votre contrat.
        Exemple, pour un CDD ayant débuté le 1er décembre 2019, vous êtes reclassé-e au 1er septembre 2021 au 2e échelon avec une ancienneté de 1 an et 9 mois.
        Lorsque vous signerez un CDI, vous passerez au troisième échelon (indice 345).
  • Vous êtes en CDI
    • Votre CDI a débuté après le 1er septembre 2018.
      Vous êtes reclassé-e au 3e échelon à l’indice 355.
      L’ancienneté retenue est celle de votre contrat.
      Exemple, pour un CDI ayant débuté le 10 janvier 2020, vous êtes reclassé-e au 1er septembre 2021 au 3e échelon avec une ancienneté de 1 an et 7 mois et 20 jours. Vous passerez au 4e échelon le 10 janvier 2022.
    • Votre CDI a débuté après le 1er septembre 2015 et au plus tard le 1er septembre 2018.
      Vous êtes reclassé-e au 4e échelon à l’indice 365.
      L’ancienneté retenue est celle de votre contrat moins 3 ans.
      Exemple, pour un CDI ayant débuté le 15 mars 2016, vous êtes reclassé-e au 1er septembre 2021 au 4e échelon avec une ancienneté de 2 ans et 5 mois et 15 jours. Vous passerez au 4e échelon le 15 mars 2022.
    • Votre CDI a débuté entre le 1er septembre 2014 et le 1er septembre 2015.
      Vous êtes reclassé-e au 5e échelon à l’indice 375.
      L’ancienneté retenue est celle de votre contrat moins 6 ans.
      Exemple, pour un CDI ayant débuté le 1er septembre 2014, vous êtes reclassé-e au 1er septembre 2021 au 5e échelon avec une ancienneté dans l’échelon de 1 an. Vous passerez au 6e échelon le 1er septembre 2023.

The post AESH : mise en œuvre de la nouvelle grille appeared first on SNES-FSU.

CIO d’Orléans-Tours : une belle journée de mobilisation !

ven, 22/10/2021 - 15:33

A l’appel du SNES-FSU, ils/elles étaient plus d’une trentaine de PsyEN et DCIO de toute l’académie, rassemblés à Bourges ce 4 octobre 2021 pour dénoncer les conséquences catastrophiques de la nouvelle organisation « expérimentale » des services d’orientation lancée dans le Cher (18) l’an dernier*, et s’opposer au projet de la rectrice d’Orléans-Tours de l’étendre à toute l’académie dès cette rentrée.

La matinée, en assemblée générale, les collègues ont pu témoigner des dysfonctionnements : activités empêchées, service public entravé et souffrance au travail, générés au quotidien. Ils/elles ont fait un état des lieux de la situation de tous les départements (Cher, Eure & Loir, Indre, Indre & Loire, Loir & Cher, Loiret), qui sera envoyé à la rectrice.

L’après-midi, Ils/elles ont manifesté devant la DSDEN18, alors que s’y tenait un CHSCTD extraordinaire, consacré à la situation des CIO du département et aux conséquences de la réorganisation des services d’information et d’orientation sur le travail au quotidien des personnels des CIO.

Pour exiger l’arrêt immédiat de cette expérimentation destructrice des services à Orléans-Tours et pour empêcher sa généralisation à d’autres académie :

Signez la pétition !

https://snespetition.snes.edu/petition/org/snes-fsu/sunir-pour-ne-plus-subir


Le CHSCTD a voté à l’unanimité l’avis suivant:

« Après avoir écouté madame l’IEN-IO adjointe, monsieur le CT RH de proximité, les représentants des Psy-EN, des rédacteurs de fiches RSST ainsi que madame la Directrice du CIO, il apparaît que la dégradation sensible des conditions de travail de l’ensemble des personnels des CIO du département du Cher a été générée et est entretenue par la nouvelle organisation des services d’information et d’orientation mise en place sans concertation par l’administration en septembre 2020 dans le cadre de l’expérimentation induisant :

  • Le gel des deux postes de DCIO de St Amand et de Vierzon.
  • La dilution des responsabilités.
  • La confusion des missions.
  • Le positionnement institutionnel des CIO qui n’est plus assuré et qui entrave la réalisation des missions des CIO en direction des usagers.

En conséquence, les élus représentants des personnels au CHSCTD 18 demandent l’arrêt de l’expérimentation puis la mise en place de dispositifs permettant de recouvrer des conditions de travail convenables. »

L’administration doit en prendre acte et transformer l’essai ! Les trois CIO du Cher doivent pouvoir assurer leurs missions auprès des élèves et des établissements du secteur, et plus largement des usagers.

Cela passe par l’arrêt de l’expérimentation et le rétablissement des postes de DCIO et des personnels administratifs !

* voir https://www.snes.edu/article/experimentation-a-orleans-tours-ca-ne-marche-pas-mais-on-va-plus-loin/

The post CIO d’Orléans-Tours : une belle journée de mobilisation ! appeared first on SNES-FSU.

Cartes des barres d’entrée de l’inter 2021

jeu, 21/10/2021 - 19:37

Pour chaque discipline, accédez à la carte des académies avec la barre d’entrée pour le mouvement 2021.

Ces données, qui sont le constat de la phase inter 2021, peuvent constituer une aide à la réflexion dans le cadre de votre votre participation à l’inter 2022. Cependant elles ne préjugent pas des barres de l’inter 2022 qui dépendront de la répartition par le ministère des capacités d’accueil entre les académies, du nombre de participants et de leur barème.

Téléchargez le PDF correspondant à la discipline qui vous intéresse en cliquant sur le nom de la discipline.

ALLEMAND – inter 2021

ANGLAIS – inter 2021

ARTS PLASTIQUES – inter 2021

BIOCHIMIE – inter 2021

DOCUMENTATION – inter 2021

ECO-G. COMM. ORG. GRH – inter 2021

ECO-G. COMPTA. – inter 2021

ECO-G. MARKETING – inter 2021

ÉDUCATION (CPE) – inter 2021

ÉDUCATION MUSICALE – inter 2021

ESPAGNOL – inter 2021

HISTOIRE – GÉOGRAPHIE – inter 2021

ITALIEN – inter 2021

LETTRES CLASSIQUES – inter 2021

LETTRES MODERNES – inter 2021

MATHÉMATIQUES – inter 2021

ORIENTATION – PSY EN – inter 2021

PHILOSOPHIE – inter 2021

SCIENCES PHYSIQUES – inter 2021

S.E.S. – inter 2021

S.I.I. ARCHI. ET CONSTR. – inter 2021

S.I.I. ÉNERGIE – inter 2021

S.I.I. INFO. ET NUM. – inter 2021

S.I.I. ING. MECA. – inter 2021

S.T.M.S. – inter 2021

S.V.T. – inter 2021

TECHNOLOGIE – inter 2021

The post Cartes des barres d’entrée de l’inter 2021 appeared first on SNES-FSU.

Création de 300 postes CPE, enfin mais à quel prix !

mer, 20/10/2021 - 13:46

Le SNES-FSU se félicite de la création de 300 emplois temps plein de CPE prévue au budget 2022. Il était temps après cinq années supplémentaires d’austérité et de suppressions de postes dans les vies scolaires. Le SNES-FSU n’a cessé de se battre aux côtés des CPE pour la création de postes tant cette question est déterminante pour le suivi des élèves et les conditions de travail des personnels d’éducation. La mobilisation, enfin, a payé. Ces 300 postes constituent en outre une avancée et un espoir pour tous les jeunes aspirant au métier.

Le SNES-FSU sera attentif à l’effectivité de ces créations car elles s’accompagnent d’une suppression de 410 emplois d’enseignants du second degré ! Le budget global pour les collèges et lycées publics ne connaît donc au total aucune augmentation globale alors que la hausse des effectifs se poursuivra à la rentrée 2022.

Pour le SNES-FSU, l’effort amorcé pour les vies scolaires doit être amplifié avec une programmation pluriannuelle des recrutements. En effet, si ces créations sont bienvenues, elles demeurent largement insuffisantes pour répondre aux besoins et aux enjeux éducatifs des années à venir.

Pour la rentrée 2021, le manque de titulaires persiste (beaucoup de postes non pourvus), le vivier de titulaires remplaçants reste exsangue et le recours aux contractuels explose. Encore trop d’établissements, notamment des collèges, ne sont toujours pas dotés de postes de CPE. Il est plus que temps de sortir de cette impasse.

Le SNES-FSU restera vigilant quant au nombre de postes qui seront ouverts aux concours et à leur implantation. Il tiendra la profession informée des suites et ne manquera pas de faire appel à la mobilisation de toutes et tous pour peser sur l’enjeu des moyens à venir. C’est tous ensemble que nous pourrons faire avancer nos revendications.

Communiqué en version PDFTélécharger

The post Création de 300 postes CPE, enfin mais à quel prix ! appeared first on SNES-FSU.

Nous n’avons pas de problèmes avec les valeurs de la République, le ministre en a-t-il avec les fonctionnaires ?

mer, 20/10/2021 - 08:20

Communiqué de la FSU
Nous n’avons pas de problèmes avec les valeurs de la République,
le ministre en a-t-il avec les fonctionnaires ?

Non, les suspicions et les propos menaçants du ministre à l’endroit des enseignant-es qui ne transmettraient pas les valeurs de la République ne sont pas recevables ! Ils sont même indignes de sa fonction !

Depuis des mois, le ministre de l’Éducation nationale s’invente des supposés ennemis de l’intérieur pour se construire une stature politique et un destin personnel.

Comment un ministre de la République peut-il s’abaisser à de si basses manœuvres, en particulier en instrumentalisant une nouvelle fois la laïcité dont il fait un outil de division plutôt que de concorde ?

Le piège est grossier, le tuyau bien connu et ne parviendra pas à masquer les échecs de sa politique éducative :

  • Payer les AESH en dessous du seuil de pauvreté, est-ce digne des valeurs de la République ?
  • Affaiblir le service public en supprimant des milliers de postes, est-ce digne des valeurs de la République ?
  • Saccager pour la seconde fois la formation de celles et ceux dont la mission est de former des citoyennes et citoyens libres et éclairé-es, est-ce digne des valeurs de la République ?  

La FSU rappelle au ministre que c’est en reconnaissant aux fonctionnaires leur qualité de citoyen qu’on leur permet de faire vivre et de transmettre les valeurs de la République.

La FSU exige que Jean-Michel Blanquer revienne publiquement sur ses propos insultants pour l’École et les personnels qui la font vivre.

Communiqué en version PDFTélécharger

The post Nous n’avons pas de problèmes avec les valeurs de la République, le ministre en a-t-il avec les fonctionnaires ? appeared first on SNES-FSU.

Éducation prioritaire

mar, 19/10/2021 - 11:26
Des exceptions, moins de règles

La « nouvelle éducation prioritaire » telle que la présente le ministère sera le parent pauvre de la précédente. Les expérimentations engagent une poignée de collèges qui ne relevaient pas de l’éducation prioritaire et quelques lycées général et technologiques, et professionnels déclassés depuis 2014, qui ont accepté de signer un contrat local d’accompagnement triennal (CLA). Les moyens octroyés prennent la forme d’heures supplémentaires et d’IMP (indemnité pour mission particulière) en contrepartie de projets construits et mis en avant par des équipes volontaires.

Plutôt que de développer les collectifs de travail, cela renforce la concurrence entre les personnels comme entre les établissements. Les critères pour obtenir un CLA ne sont pas transparents et la pérennité de ces moyens n’est pas assurée. La délabellisation des REP, prévue en septembre 2022, entraînera la disparition de l’indemnité et les bonifications afférentes. La logique des CLA préfigure les nouvelles orientations du ministère. L’allocation progressive de moyens pourrait bien être d’abord soumise à la signature d’un CLA.

Alors que les indemnités REP ou REP+ concernent actuellement tous les professeurs et CPE des réseaux d’éducation prioritaire, les professeurs en CLA ne bénéficient pas tous d’une indemnité. Le SNES-FSU revendique bien au contraire l’élargissement de l’indemnité REP aux AESH et AED et l’extension de la pondération REP+ à tous les personnels de l’éducation prioritaire du fait des conditions d’exercice plus difficiles et du travail en équipe quotidien informel, plus nécessaire qu’ailleurs.

Le privé met un pied dans la porte

Si cela ne suffisait pas, le CLA ouvre la porte de l’éducation prioritaire à l’enseignement privé sous contrat ! Six établissements (à Marseille, au Mans, à Nantes et à Roubaix) sont retenus sans qu’ils en aient les critères sociaux. Cette initiative du ministère est inacceptable car elle détourne, au profit d’un réseau privé confessionnel, des moyens jusqu’ici attribués au service public, seul réseau où l’école est gratuite et laïque et qui accueille tous les élèves sans distinction.

De 80 à 126 cités éducatives

Les cités éducatives, et leur gouvernance avec le principal de collège comme pilote, et deux représentants de la préfecture et de la collectivité locale, reposent aussi sur une contractualisation. L’inspection générale a rédigé un rapport en demi-teinte : « Le rythme et le calendrier […] des cités éducatives apparaissent […] difficilement tenables ». Le rapport critique parfois « la culture du résultat ». Les pratiques pédagogiques apparaissent en ligne de mire : « il est trop tôt pour mesurer des effets sur les résultats scolaires et sur l’évolution des pratiques pédagogiques des enseignants mais toutes les conditions sont réunies pour que de tels effets soient observables à court terme ».

TER : politique sociale ou d’austérité ?

Présentés comme le pendant rural des cités éducatives, les 24 Territoires éducatifs ruraux (TER), expérimentés depuis janvier 2021 dans les académies d’Amiens, Nancy-Metz et Normandie, sont étendus aux académies de Dijon, Limoges, Besançon, Clermont-Ferrand, Toulouse, Rennes et Bordeaux. Ces 61 TER doivent « renforcer l’ambition scolaire des élèves » et lutter contre une forme de « censure » en ce qui concerne l’orientation. Mais le ministère n’envisage pas un seul instant des créations de postes de Psy-ÉN et des ouvertures de CIO, encore moins de rendre les postes ­supprimés dans les collèges et lycées. Proposer aux élèves, comme le demande le SNES-FSU, une carte de formations diversifiées et à proximité dans tous les secteurs même les plus enclavés est possible mais il faut pour cela des moyens pour l’École publique.

The post Éducation prioritaire appeared first on SNES-FSU.

CA : faire vivre la démocratie

dim, 17/10/2021 - 19:24

Le projet est clair : mettre en charpie le caractère national du second degré par la définition, comme dans le privé,d’un « caractère propre » de chaque EPLE, avec pour corollaire la destruction de l’autonomie professionnelle des équipes éducatives et leur caporalisation sous l’autorité du chef d’établissement omnipotent et omniscient.

Installer la commission permanente, un point c’est tout !

L’article R421-22 du code de l’Éducation prescrit désormais que « le conseil d’administration se prononce, lors de la première réunion qui suit le renouvellement de ses membres élus, sur la création d’une commission permanente et sur les compétences qu’il décide […]de lui déléguer ». Puis d’ajouter qu’une fois créée, le CA peut lui«soumettre toute question sur laquelle il souhaite recueillir son avis ». En droit le « et »n’est pas obligatoirement cumulatif. Le CA peut donc créer une Commission permanente (CP) et ne pas lui déléguer de compétences, car elle deviendrait alors décisionnelle et dessaisirait le CA. En revanche, le CA peut saisir la CP qu’il aura installée pour simple avis. Il est donc nécessaire de travailler en amont avec les autres membres élus pour l’installation de la CP (premier vote) et contre toute demande de délégation de compétence (second vote). Il faut exiger deux votes distincts. Après avoir installé la CP sans délégation de compétence, un nouveau vote définit les questions sur lesquelles le CA veut recevoir le simple avis de la CP. Il paraît acceptable d’inscrire l’obligation de le recevoir avant toute proposition de répartition de la DGH.

Proposer un ordre du jour ou imposer ses ordres ?

Jusqu’ici, l’ordre du jour était adopté par le CA en début de séance. Avec la modification de l’article R421-25, le chef en décide seul ! C’est un pouvoir substantiel qui lui est octroyé. Comment le CA pourrait-il administrer l’établissement, s’il ne peut plus décider des points sur lesquels délibérer dans le cadre de l’autonomie des EPLE ? Il faut instituer un rapport de force en exigeant que toute question relevant des compétences du CA soit automatiquement mise à l’ordre du jour sur simple demande d’un de ses membres. On s’appuiera sur les écrits du ministère qui, pour défendre sa disposition devant le Conseil d’État, prétend que « les dispositions attaquées n’ont pas pour effet de réserver au seul chef d’établissement la détermination de l’ordre du jour ». Gageons qu’il se trouve encore des personnels de direction soucieux d’un minimum de sérénité dans le climats colaire et pour lesquels le fonctionnement démocratique des EPLE, dans le cadre réglementaire, est encore un objectif fondamental.

The post CA : faire vivre la démocratie appeared first on SNES-FSU.

Collège : pour une rentrée respectueuse de nos droits

mer, 08/09/2021 - 07:50

Il vous donne les outils réglementaires pour défendre vos droits et soutient à la mise en place de la force du collectif qui permet de résister aux pressions hiérarchiques et conserver son énergie de travail pour des projets pédagogiques choisis.

Quelle organisation sanitaire pour la rentrée?

La circulaire de rentrée du 23 juin 2021 prévoit la mise en place dans chaque établissement d’un plan de continuité pédagogique.

Compte-rendu de la réunion sanitaire de rentrée

Situation sanitaire et rentrée scolaire

Le dispositif “une classe/ une salle”, lorsqu’il n’a pas pu être remis en cause par les équipes, a participé à dégrader les conditions de travail des professeurs de collège l’année passée, augmentant leur stress et leur fatigue. Attention, quelques chefs d’établissement escomptent encore l’imposer à la rentrée 2021! Les équipes qui ne sont pas volontaires doivent avertir leur section syndicale et peser collectivement pour retrouver une situation d’enseignement moins contraignante.

une classe/une salle: Fausse bonne idée

Covid19 : mon établissement a mis en place le dispositif « une classe, une salle », je suis professeur, suis-je responsable de ce qu’il se passe dans la salle à l’interclasse ?

En Guadeloupe, cette organisation n’a pas de sens

Préparation de la rentrée et heure mensuelle d’information syndicale

A l’occasion des réunions ou conseils pédagogiques de fin d’année, certains chefs d’établissement peuvent chercher à imposer des modes de fonctionnement de l’établissement contre l’avis des enseignants.

Faites exister les débats dans votre établissement pour permettre d’organiser son fonctionnement en accord avec les personnels !
En lien avec vos sections SNES-FSU départementales et académiques, préparez ces discussions grâce à des Heures mensuelles d’information syndicale (HMIS) permettant d’avoir des débats sans regard hiérarchique, de construire des réactions collectives, des argumentations que vous pourrez porter à plusieurs par la suite en conseils pédagogique, ou en réunions plénières et en CA.

Évaluation des établissements: danger!

Malgré la crise sanitaire, certains chefs d’établissement zélés ont accepté dès l’an dernier d’entrer dans la procédure d’évaluation systématique des établissements. 10% d’EPLE ont été évalués mais les chefs d’établissements qui ont atermoyé vont devoir annoncer à la prérentrée qu’ils sont désignés pour cette année. Le SNES-FSU démontre ici les dangers de cette évaluation systématique:

Autoévaluation des établissements : attention, danger !

Les expérimentations

Les expérimentations (École du socle et ses échanges de service avec le primaire, « classe coopérative »…) doivent être votées en CA. Le projet est souvent utilisé pour contourner le caractère national du système éducatif. La loi  » pour une école de la confiance « votée durant l’été 2019, comporte un article qui permet d’étendre l’expérimentation à l’organisation horaire des enseignements. Sous couvert d’adaptation au local et d’expérimentations, les EPLE sont mis en concurrence et la liberté pédagogique des enseignants est malmenée. Le SNES-FSU est favorable à ce que les projets restent à l’initiative et à la main des professeurs qui le souhaitent.

Ce qu’il faut savoir sur la réglementation de l’expérimentation

La mobilisation collective et l’action de la FSU ont permis de supprimer, lors de son passage au Sénat, l’article 6 quater fondant les EPLESF (Établissements publics locaux des savoirs fondamentaux) fusionnant les écoles et leur collège de secteur. Cependant, les expérimentations d’écoles du socle se sont développées en 2019-2020.

Pas d’aménagements au programme !

Les conséquences pédagogiques de la crise sanitaire nécessitent d’aménager les programmes. Le SNES-FSU persiste dans sa demande (renouvelée en audience le 30 août) et fait des propositions au ministère.

Rentrée 2021 : programmes, les propositions du Snes-FSU

Mais les marottes du ministère

Au lieu de privilégier l’aide au sein de la classe en finançant des dédoublements, le ministre prétend diminuer les inégalités scolaires en renforçant Devoirs faits, dont aucun bilan n’a été officiellement établi d’une part (obligatoire pour les élèves en difficulté en Sixième et e-devoirs faits) et en créant une option en Sixième pour les élèves en difficulté d’autre part: français-culture antique qui a dû être financé qui l’expérimente en prenant sur la chiche marge d’autonomie donc en réduisant les possibilités d’autres dédoublements ou enseignements facultatifs.

L’OVNI « Français et culture antique », une Option Vitrine Non Identifiée

Systématisation des évaluations nationales

En Sixième, à chaque rentrée, les élèves passent une session de deux évaluations informatisées en français et en mathématiques… sans que leurs résultats n’apportent beaucoup d’information aux professeurs sur leur niveau.

Vont s’y ajouter deux évaluations nationales en Troisième :

  • Pix : il s’agit d’une certification obligatoire à ce niveau. Tout se déroule sur une plateforme informatisée sans que les enseignants n’aient d’items à valider. La mise en place d’un parcours Pix pour tous les élèves de cycle 4 correspond à une session informatique qui permet d’évaluer leur niveau et donc leurs besoins en compétences numériques. Ces compétences sont travaillées comme auparavant avec les professeurs dans le cadre du programme de chaque discipline.

École numérique : un Pix de trop !

  • Ev@lang: test de positionnement numérique en anglais pour les élèves l’ayant étudié en LV1 ou LV2.

Anglais : Ev@lang charge la barque

Le SNES-FSU déplore la montée de cette logique certificative ainsi que le temps perdu pour les équipes au passage de ces évaluations qui n’ont pas d’intérêt pédagogique manifeste.

AP et EPI

Dispositif chimérique mis en place en septembre 2016 avec la réforme du collège, l’Enseignement pratique interdiscipliaire ou EPI  a disparu corps et bien au fil du temps. Les EPI résiduels sont, en fait, les projets interdisciplinaires que des collègues auraient de toute façon mis en œuvre par choix avec des collègues comme certains le faisaient auparavantec des moyens horaires suffisants. Le SNES-FSU rappelle qu’aucun texte réglementaire n’oblige à faire apparaître EPI et/ou AP dans l’emploi du temps. Ils font partie intégrante de nos enseignements disciplinaires et leur contenu dépendent des programmes. Certains chefs d’établissement exigent en juin des fiches de projet pour les EPI de la rentrée suivante? Pourquoi n’est-ce pas réglementaire?

AP et EPI : où en est-on ?
AP et EPI : prenons la main !

Imposition de classes « sans notes » versus liberté pédagogique.

Le ministère actuel n’est pas particulièrement attaché à l’évaluation « sans notes ». La rédaction des textes réglementaires sur la session du DNB 2020 le montre assez. Il laisse libre cours à cette pratique sous prétexte d’innovation et d’autonomie des établissements. L’évaluation « sans notes » a permis à des chefs d’établissement de s’immiscer dans les pratiques pédagogiques des enseignants. C’est pour certains d’entre eux un puissant  outil de management. L’expérience montre que dans les établissements où les enseignants résistent collectivement, ce type de projet est rapidement abandonné par les chefs d’établissement. Certains ont imposé une double évaluation tout au long de l’année pour « préparer » l’évaluation des bilans de fin de cycle; ce fonctionnement n’est pas réglementaire. Une fois la charge de travail doublée, les enseignants acceptent plus facilement de glisser dans un système unique d’évaluation « sans notes » afin d’éviter de travailler en « double tâche ».

Classes « sans notes » : ce n’est pas obligatoire
Évaluation : ne rien se laisser imposer

Que va-t-il advenir de l’éducation prioritaire à la rentrée 2021? à la rentrée 2022?

Enfin des nouvelles de l’augmentation de l’indemnité REP+ : mais….

Le filet se resserre sur l’éducation prioritaire

Le coût des CLA

The post Collège : pour une rentrée respectueuse de nos droits appeared first on SNES-FSU.

Sections européennes et DNL : Confusion et consternation !

mar, 07/09/2021 - 12:02

Dans le BO du 26 août 2021 ont été publiés des textes concernant la discipline non linguistique (DNL) en sections européennes et langues orientales (SELO) et hors SELO.

On y découvre que la prise en compte de l’épreuve spécifique de DNL pour l’obtention d’une mention européenne ou une mention DNL est très importante également pour l’obtention du baccalauréat à compter de la session 2022. En effet, il est mentionné que « Lorsque l’un des enseignements dont la moyenne annuelle est prise en compte pour le baccalauréat (histoire-géographie, enseignement scientifique en voie générale, mathématiques en voie technologique) est suivi en discipline non linguistique, la moyenne de DNL correspondante est prise en compte pour l’examen, en lieu et place de l’enseignement, avec le coefficient prévu par la réglementation pour cet enseignement. »

https://www.education.gouv.fr/bo/21/Hebdo31/MENE2121395N.htm

Cela signifie-t-il que le professeur de la discipline concernée fera son programme toute l’année pour voir son travail ignoré au profit d’une DNL qui ne peut se substituer à un programme complet d’histoire géographie par exemple ? Si nous comprenons bien le texte dans sa version actuelle, seule la note de DNL sera prise en compte pour l’obtention du baccalauréat. Cette formule témoignerait d’un mépris considérable pour le travail des professeurs d’histoire géographie, d’enseignement scientifique notamment, et qu’en est-il des autres DNL comme l’EPS par exemple ? Cela veut-il dire que si un élève choisit une DNL SVT, sa note se substituerait à celle de l’enseignement scientifique ? De nombreuses questions sans réponses sont soulevées par les collègues de toutes ces disciplines.

L’autre nouveauté de ce texte concerne la prise en compte de cette même note globale de DNL dans le calcul de la moyenne de langue vivante.
« La note globale attribuée à l’évaluation spécifique de contrôle continu pour l’obtention de l’indication Selo ou DNL est prise en compte sans pondération dans le calcul de la moyenne, sur le cycle terminal, de langue vivante A ou B. »

https://www.education.gouv.fr/bo/21/Hebdo31/MENE2121393N.htm

Or, dans le texte précédent nous lisons : « Les résultats obtenus par l’élève dans chaque discipline non linguistique (DNL) font l’objet d’une moyenne annuelle, qui figure dans son livret scolaire, pour chaque année scolaire. Cette moyenne est distincte des moyennes de langue vivante et des moyennes des enseignements auxquels correspondent les DNL. »

Que devons-nous conclure de ces instructions ? Cela ajoute à la confusion déjà bien installée dans les esprits des collègues, ce qui n’installera pas un climat de travail serein.

Et comme souvent les professeurs n’auront pas les réponses à apporter à leurs élèves qui à juste titre, aimeraient eux aussi se préparer en connaissance de cause.

Il est impératif de clarifier rapidement les nouvelles modalités concernant les DNL en SELO et hors SELO.

The post Sections européennes et DNL : Confusion et consternation ! appeared first on SNES-FSU.

Classe exceptionnelle (2021)

mar, 07/09/2021 - 11:33

Suivre son dossier

La cinquième campagne de promotions à la classe exceptionnelle permettra de nouveau la promotion de près de 6500 collègues (environ 5200 professeurs certifiés, 1000 professeurs agrégés, 230 CPE et 50 Psy-ÉN). C’est le résultat de l’action opiniâtre du SNES-FSU qui mène depuis longtemps la bataille de la revalorisation de nos carrières. Le SNES-FSU ne s’arrêtera pas là : il entend consolider les acquis obtenus pour les faire fructifier. Il mettra tout en œuvre pour assurer l’effectivité de cette revalorisation. Il agit pour que la classe exceptionnelle devienne accessible à toutes et à tous en fin de carrière.

Qui est promouvable ?

Sont promouvables les professeurs agrégés ou certifiés, les CPE et les Psy-ÉN étant à la hors-classe de leur corps respectif au 31 août 2021, en position d’activité ou de détachement ou de mise à disposition. Ne sont pas promouvables les collègues en congé parental.

Deux voies d’accès à la classe exceptionnelle La voie 1

Elle concerne les collègues étant au moins au 3e échelon de la hors-classe (2e échelon pour les professeurs agrégés) et ayant été affectés au cours de leur carrière au moins huit ans dans des conditions d’exercice difficiles ou sur des fonctions particulières.

Les affectations retenues sont les suivantes :

  • éducation prioritaire ;
  • enseignement supérieur (CPGE, PRAG, PRCE) ;
  • DCIO ;
  • DDFPT (ex-chef de travaux) ;
  • formateur académique ;
  • tuteur.

Ces affectations doivent avoir été exercées en position d’activité ou de détachement. La durée minimale de huit ans est décomptée par année scolaire. Seules les années complètes sont retenues. Les services à temps partiel sont comptabilisés comme des services à temps plein. En cas de cumul de ces affectations sur une même période, la durée n’est comptabilisée qu’une seule fois. Cette durée peut avoir été accomplie de façon continue ou discontinue tout au long de la carrière, elle peut aussi être composée de différents types d’affectation.

Votre dossier de promotion

Votre dossier I-prof comporte les principaux éléments de votre carrière (échelon, date et modalité d’accès au corps, affectations actuelles et antérieures…). Ces données sont automatiquement saisies sous la responsabilité de l’administration. Le SNES-FSU vous conseille d’en vérifier l’exactitude. En cas d’erreur, saisissez le rectorat via la messagerie I-prof, sans oublier de contacter, pour suivi, votre section académique du SNES-FSU.

Conditions de recevabilité
  • Éducation prioritaire. Sont pris en compte tous les classements « Éducation prioritaire » depuis l’origine (1982).

Toute année effectuée avec au moins 50 % du service dans un des établissements relevant de la liste ministérielle est comptée comme pleine. Pour les TZR (et les anciens TA ou TR : Titulaires académiques ou Titulaires remplaçants entre 1985 et 1999), les affectations à l’année (AFA) sont prises en compte dans les mêmes conditions.

  • Formateurs académiques. Les années sont prises en compte quelle que soit la quotité de service effectuée dans l’année, y compris celles effectuées avant 2015.
  • Tuteurs de stagiaires. Sont reconnues les fonctions de tuteur ayant ouvert droit à indemnité au titre des décrets 92-216, 2001-811, 2010-951, 2014-1016 et 2014-1017.
  • Exercice en STS. Le ministère a unilatéralement décidé en 2019 de ne plus prendre en compte les services effectués en STS (et classes assimilées). Seules restent toutefois acquises et reconnues les années enregistrées à ce titre lors des campagnes de promotion 2017 et 2018.
La voie 2 : l’ancienneté de carrière

Cette voie concerne tous les collègues placés au dernier échelon de la hors-classe (pour les professeurs agrégés : au dernier chevron). Là encore, il n’est pas nécessaire de faire acte de candidature : chaque situation sera automatiquement examinée.

L’avis du recteur

Pour chaque collègue promouvable, l’IA-IPR compétent et le chef d’établissement (IEN-IO et DASEN pour les DCIO) formuleront chacun via I-Prof une appréciation littérale. Ces appréciations seront consultables par chaque collègue « dans un délai raisonnable avant la tenue de la commission paritaire », indique la note de service ministérielle.

Le recteur formulera ensuite, à partir de ces appréciations primaires et du dossier tel que figurant dans I-Prof, un avis se déclinant en quatre degrés : « excellent / très satisfaisant / satisfaisant / insatisfaisant ». Le nombre des avis « excellent » ou « très satisfaisant » est contingenté en proportion du nombre de promouvables.

Le barème

Le barème est national et composé de deux parties.

L’ancienneté en hors-classe, au 31 août 2021

L’avis du recteur

  • Excellent : 140 points
  • Très satisfaisant : 90 points.
  • Satisfaisant : 40 points.
  • Insatisfaisant : 0 point.
Le calendrier de publication des résultats par l’administration
  • Professeurs certifiés, CPE, Psy-ÉN : entre fin août et début septembre 2021, selon l’académie.
  • Professeurs agrégés : début septembre 2021.
Après la promotion : le reclassement

Le reclassement en classe exceptionnelle au 1er septembre 2021 s’opère à indice égal ou immédiatement supérieur, avec conservation de l’ancienneté. Si cette ancienneté permet d’accéder à l’échelon supérieur, le reclassement sera effectué à cet échelon sans conservation d’ancienneté.

Avec le SNES-FSU et ses élus, suivre son dossier

Une information claire et efficace !
Malgré la disparition du contrôle exercé par les CAP en matière
de promotion à la classe exceptionnelle, l’expérience, l’expertise
et l’action du SNES-FSU et de ses élus restent déterminantes
pour que chaque promouvable puisse vérifier ses droits à promotion.

L’avis du SNES-FSU
Le volume des promotions à la classe exceptionnelle sera porté en sept ans à 10 % de l’effectif de chaque corps (ce qui équivaut à près de 40 % des effectifs actuellement en hors-classe), selon les étapes suivantes : 2,51 % par an de 2017 à 2019, puis 0,61 % par an de 2020 à 2023.
Le SNES-FSU agit pour que l’accès à la classe exceptionnelle soit ouvert au plus grand nombre, afin que chacun puisse en bénéficier avant le départ en retraite, à l’instar de ce qui a été gagné avec la hors-classe. Née de la revalorisation de 1989, la hors-classe, initialement prévue pour 15 % des effectifs, est devenue un débouché de carrière de masse, représentant aujourd’hui près du tiers de chaque corps : c’est l’exemple du succès de la lutte syndicale opiniâtre, alliant revendication et action dans les CAP.
Le SNES-FSU revendique une carrière pouvant être parcourue sans obstacle de grade. Comme pour la hors-classe, il est possible de faire de la classe exceptionnelle un débouché de carrière pour tous. Les modalités d’accès à la classe exceptionnelle doivent donc être revues dans le sens d’un accès élargi : c’est une condition impérative pour une réelle revalorisation de la fin de carrière, notamment des professeurs agrégés. Pour cela, il faut revoir les modalités et la structure de promotion :
• élargir encore les conditions de recevabilité au titre de la voie 1 de promotion afin de les rendre moins inégalitaires ;
• augmenter le nombre de promotions par la deuxième voie, qui ne permet actuellement que 20 % des promotions : bien trop peu au regard de la masse des ayants droit ;
• organiser la « rotation » des promotions de façon à ce que les futurs départs en retraite permettent de nouvelles promotions dès 2021, car le nombre de collègues en classe exceptionnelle est fixé par un pourcentage de l’effectif du corps.
Enfin, le SNES-FSU sera particulièrement vigilant à ce que les promotions tiennent compte, dans chaque corps, de l’équilibre femmes/hommes.

The post Classe exceptionnelle (2021) appeared first on SNES-FSU.