Actualités 2nd degré

S'abonner à flux Actualités 2nd degré Actualités 2nd degré
Le SNES est le syndicat le plus représentatif du second degré. Il rassemble 62 000 syndiqués parmi les certifiés, les agrégés, les CPE, les CO psy, les surveillants, les personnels d'Éducation et les non titulaires. Aux élections professionnelles il recueille dans ces catégories plus de 50% des voix. Incontournable dans les lycées et collèges, le SNES porte donc, vis à vis de la profession, une responsabilité particulière qu'il entend assumer en s'appuyant sur des atouts qui lui sont propres.
Mis à jour : il y a 40 min 35 sec

La vie de classe

mar, 23/07/2019 - 09:56

Le CPE participe à l'organisation des élections des délégués élèves et à leur formation ainsi qu'au développement de la participation des élèves à la vie de leur établissement. Ce type d'activité peut impliquer des équipes de CPE et professeurs : elle est toujours une expérience enrichissante. Le CPE peut participer avec le professeur principal à l'animation de l'heure de vie de classe. Quand le climat de classe, propice aux apprentissages, est dégradé, il peut aussi rechercher avec l'équipe pédagogique les moyens de le restaurer. Mais c'est sans doute dans la prise en charge des cas individuels que s'exprime le plus l'intérêt d'un travail en commun. Lorsqu'on s'interroge à propos de l'attitude d'un élève qu'elle soit scolaire ou non – fatigue, apathie, refus scolaire, signes de violences, etc. –, il ne faut pas hésiter à mettre à profit les rencontres formelles ou informelles pour échanger avec le CPE, souvent un des premiers acteurs en contact avec l'élève. Même s'il ne peut connaître chacun en particulier, il est le témoin de l'évolution de l'enfant au cours de sa scolarité. Il est aussi susceptible d'entretenir des liens avec la famille ou le responsable légal. Le travail en collaboration ne va pas toujours de soi mais c'est surtout une question de pratique, de confiance réciproque et de respect des domaines de compétences, qualifications et statut de chacun. Lorsqu'un comportement scolaire se dégrade gravement, il est par exemple possible de recevoir conjointement l'élève et sa famille afin de marquer la cohésion éducative de l'équipe et de chercher ensemble des solutions.

Leur place et leurs pratiques

mar, 23/07/2019 - 09:56

Membres à part entière des équipes éducatives, les CPE n'ont aucun rôle hiérarchique par rapport aux professeurs. Le référentiel (1/07/2013) définit des compétences communes aux professeurs et CPE et des compétences spécifiques. Ils sont associés aux équipes pédagogiques pour assurer le suivi individuel des élèves et procéder à leur évaluation. Ils participent de plein droit au conseil de classe. Associés à l'orientation des élèves, ils participent à l'élaboration du projet de l'élève. Le travail en commun entre professeurs et CPE, l'échange d'informations qui en résulte, est un élément pour une prise en charge plus efficace de l'élève et pour aider à sa réussite scolaire. Les CPE ont une connaissance globale des élèves, en particulier de leur environnement social et familial.

LES CPE, une spécificité française

mar, 23/07/2019 - 09:54

Les CPE partagent au quotidien avec les professeurs le suivi pédagogique et éducatif des élèves. Le métier de conseiller principal d'éducation est une originalité du système éducatif français. Né dans les années 1970, il s'est ­enrichi, dans les années 1980, d'une définition ambitieuse de la vie scolaire qui vise à « placer les adolescents dans les meilleures conditions de vie individuelle et collective et d'épanouissement personnel ». Formés et recrutés comme les professeurs dans les ÉSPÉ, les CPE situent leur action dans le cadre de réseaux de relations et de médiation. Ils sont en lien étroit avec les autres personnels et les familles. Outre les professeurs et les assistants d'éducation, ils travaillent régulièrement avec les personnels, en particulier les Psychologues de l'Éducation nationale (Psy-ÉN), les infirmièr-e-s et les assistant-e-s sociales/sociaux. La nouvelle circulaire de missions du 10 août 2015, à laquelle le SNES-FSU a largement contribué, conforte le CPE dans son cœur de métier « l'éducation et le suivi des élèves », et renforce son identité professionnelle en inscrivant que « Les CPE sont concepteurs de leur activité ». Une clarification est aussi apportée quant à l'organisation du temps de travail « 35 heures hebdomadaires, inscrites dans leur emploi du temps ». Cette circulaire comprend trois domaines de responsabilité :
• la politique éducative : partie intégrante du projet d'établissement au côté du volet pédagogique, elle concerne toute la communauté éducative. Le CPE contribue à son élaboration et à sa mise en œuvre sans en être le seul concepteur et acteur. Elle concerne l'appropriation des règles de vie collective, la préparation des élèves à l'exercice de leur citoyenneté, au développement de leur autonomie et de leur insertion dans la vie sociale et professionnelle ;
• le suivi des élèves : sur le plan pédagogique et éducatif, individuel et collectif. Il implique des échanges d'information avec les professeurs et l'équipe pluriprofessionnelle sur le comportement et l'activité de l'élève, ses résultats, ses conditions de travail qui permettent la prise en charge globale de l'élève dans l'identification de ses difficultés éventuelles et des solutions pour les surmonter. Le rôle des CPE auprès des familles y est aussi privilégié ;
• l'organisation de la vie scolaire : elle concerne les espaces et le temps scolaires en dehors des temps de classe. Les CPE contribuent avec l'équipe des AED à la qualité du climat scolaire. Ils jouent un rôle dans la prévention et la gestion des conflits, ils privilégient le dialogue et la médiation, une approche des sanctions comme réparation. Les CPE animent l'équipe de vie scolaire qui regroupe les AED. Ils organisent leur emploi du temps.

Le recrutement CPE (477 postes en 2017, soit 11 de moins qu'en 2016) est très insuffisant pour couvrir les besoins en postes et remplacements, surtout cette année avec l'annonce de 250 emplois supplémentaires au budget.
L'amélioration des conditions de travail passe par un taux d'encadrement revu à la baisse (objectif d'un CPE pour 250 élèves) et un travail collectif facilité.
La carrière et l'évaluation sont redessinées avec de réelles avancées, mêmes si elles sont en retrait par rapport à nos revendications. Le SNES-FSU reste vigilant pour que l'avancée vers la double évaluation ouvre aussi la porte à une inspection spécifique CPE. Issue du corps, elle serait par la construction progressive d'une réelle expertise du métier, à même de protéger les CPE des dérives toujours possible du management local.

Photocopies, vidéos... et droits d'auteurs

mar, 23/07/2019 - 09:37

Copies de publications

Grâce aux accords signés entre le ministère et les sociétés représentants les auteurs et les éditeurs (dont le CFC), les professeurs ont le droit d'utiliser, dans le cadre de leurs cours, la reproduction de tout type d'œuvres protégées (les droits de copie payés sont pris en charge par l'État).
Il est possible d'utiliser des textes et des images, issus de livres, périodiques ou sites internet, ainsi que des partitions musicales, qu'il s'agisse d'œuvres françaises ou étrangères, se présentant sur support imprimé ou numérique.
Ces copies peuvent être faites sur support papier (photocopie, impression) ou sur support numérique (scan, ressaisie, copier-coller…).

Mais l'enseignant doit respecter les conditions suivantes :

• copier uniquement des extraits d'œuvres (maximum de 10 %), la copie intégrale est possible pour les images, articles de presse, poèmes… ;

• diffuser ces copies à ses seuls élèves (pas de mise en ligne sur internet) par tout moyen à sa disposition (vidéoprojecteur, réseau interne de l'établissement, courriel...) ;

• indiquer les références de l'œuvre copiée (titre, auteur, éditeur) ;

• participer à une enquête, lorsque son établissement est sollicité (ces informations permettent de reverser les droits de copie aux auteurs et éditeurs des œuvres effectivement utilisées).

Construction d'un site Internet

Les règles de droit d'auteurs s'appliquent aussi à toute intégration dans un site Internet d'une page prise sur un autre site. De plus, toute ­utilisation de blog ou de site à destination des élèves doit être déclarée au chef d'établissement (qui peut s'y opposer en demandant d'utiliser des ressources propres à l'EN). En cas de publication de documents en ligne, penser à utiliser une licence de type Creative Commons, qui définit les droits relatifs au document.

Utilisation de vidéos

Peut-on légalement utiliser une copie gravée d'un disque dans le cadre de la classe ?

• Oui, uniquement si c'est une copie de travail destinée à éviter d'endommager le CD que vous ou votre établissement possédez légalement.

Peut-on légalement utiliser une vidéo en classe ?

• Oui, si le DVD est libre de droits, par exemple, les vidéos du CNDP ou certains programmes de France 5, ou certaines ressources sur Éduthèque.
• Oui, si l'établissement s'est acquitté des droits. Les achats doivent être effectués auprès d'organismes que le rectorat devrait pouvoir vous indiquer. Voir aussi la gazette de l'association « Ateliers diffusion audiovisuelle (ADAV) ». Cette association créée avec le soutien des différents ministères possède un catalogue regroupant des programmes audiovisuels, dont des œuvres cinématographiques accessibles en consultation.
• Il y a une tolérance si le programme diffusé l'est à titre d'illustration d'un cours et directement en rapport avec ce cours, et s'il s'agit d'un extrait (droit de citation pédagogique).

Peut-on légalement utiliser des émissions enregistrées sur des chaînes étrangères ?

L'utilisation de chaînes de télévision en langue étrangère diffusées par le câble ou le satellite est autorisée dans la mesure où les émissions sont montrées en direct. Elles peuvent aussi l'être en différé à condition que l'extrait n'excède pas 1 min 30 et soit utilisé dans les 8 jours qui suivent sa diffusion. Si ces ressources viennent d'Internet, elles ne sont pas concernées par l'exception pédagogique et donc soumises aux droits d'auteurs. Il est interdit de constituer des banques de données d'extraits sauf si vous les déclarez et négociez les droits d'auteurs.
Sur l'ensemble de ces questions : voir site Eduscol (textes réglementaires et aspects juridiques).

Il serait temps d'adapter la législation à la réalité de l'évolution des programmes et des pratiques pédagogiques. Les collègues et les élèves doivent être informés des risques personnels encourus s'ils ne respectent pas la législation actuelle. Attention, c'est dans la grande majorité des cas votre responsabilité personnelle qui est engagée et vous ne serez en aucun cas protégé par l'administration. Les amendes sont élevées. De même les collègues devraient savoir comment protéger leurs créations (par exemple avec les licences Creative Commons).

Communiquer par messagerie

mar, 23/07/2019 - 09:33

Suis-je obligé d'utiliser mon adresse professionnelle en ac-académie.fr ?
Non, mais nous vous le conseillons dans le cadre de vos échanges avec l'administration. Vous pouvez faire transférer automatiquement son contenu vers une autre adresse (attention, quand vous répondrez, si vous voulez conserver cette autre adresse confidentielle). Elle n'offre aucune protection particulière si vous l'utilisez avec parents et élèves.

Puis-je communiquer par messagerie avec les élèves ?

Oui, sans problème, si celle-ci est incluse dans un ENT (les parents sont informés par la charte informatique). Éventuellement, sinon, mais il faut alors l'autorisation des parents d'élèves mineurs, et en informer l'administration. C'est aussi valable pour les blogs, qu'il faut choisir dans un cadre institutionnel pour limiter les dérives possibles (protection des données scolaires dont les règles ont changé en mai 2018 avec l'entrée en vigueur du RGPD – Règlement général de protection des données).

Et avec les parents ? C'est possible, mais rien ne vaut un rendez-vous.
Dans tous les cas, privilégier les outils de communication de l'ENT si l'établissement en a un. Et ne pas oublier qu'il n'y a aucune obligation à communiquer ainsi : le carnet de correspondance n'est pas aboli.

Conditions spécifiques d'inscription à l'agrégation interne

lun, 22/07/2019 - 18:27

D'après le décret 72-580 et l'article 1 de l'arrêté du 9 septembre 2013, vous devez justifier à la date de publication des résultats d'admissibilité, en plus des conditions générales d'inscription :

Conditions de diplômes
Vous devez justifier à la date de publication des résultats d'admissibilité :

  • d'un master ou d'un titre ou diplôme reconnu équivalent
  • ou d'un autre titre ou diplôme classé au niveau 1 du RNCP
  • ou d'un autre diplôme conférant le grade de master, conformément aux dispositions de l'article D. 612-34 du code de l'éducation ;
  • ou de tout autre titre ou diplôme sanctionnant un cycle d'études post-secondaires de cinq années, acquis en France ou dans un autre État, et attesté par l'autorité compétente de l'Etat considéré ;

D'après l'article 7 de l'arrêté du 9/9/2013) Vous êtes reconnu justifier de la condition de titre ou de diplôme pour vous inscrire au concours, si vous avez ou avez eu la qualité

  • d'enseignant titulaire de catégorie A
  • de maître contractuel des établissements d'enseignement privés sous contrat admis définitivement .

Vous êtes dispensé de diplôme, si vous êtes mère ou père d'au moins trois enfants (décret 81-317), ou sportif de haut niveau (article L221-3 du code du sport).

Conditions de qualité
Vous pouvez vous présenter au concours si vous êtes à la date de publication des résultats d'admissibilité :

  • fonctionnaire de l'une des trois fonctions publiques ou des établissements publics qui en dépendent
  • militaire
  • si vous avez accompli des services dans une administration, un organisme ou un établissement d'un État membre de l'Union européenne ou d'un État partie à l'accord sur l'Espace économique européen autres que la France, dont les missions sont comparables à celles des administrations et des établissements publics dans lesquels les fonctionnaires exercent leurs fonctions en France.

Les fonctionnaires stagiaires ne peuvent concourir, sauf s'ils sont par ailleurs titulaires d'un autre corps et placés en position de détachement pour accomplir leur stage.

Les conditions de services
Vous devez avoir accompli 5 années de services publics à la date de publication des résultats d'admissibilité.
Calcul des services publics pour le concours interne

Les services publics sont des services accomplis en qualité d'agent public, c'est-à-dire de fonctionnaire ou d'agent non titulaire bénéficiant d'un contrat de droit public, relevant de l'une des trois fonctions publiques et des établissements publics qui en dépendent (fonction publique de l'État, fonction publique territoriale, fonction publique hospitalière).

Services pouvant être pris en compte :

  • le service national
  • les services en qualité de fonctionnaire stagiaire
  • les périodes de congés
  • les services accomplis en qualité d'agent non titulaire de l'État
  • les services accomplis à l'étranger ou dans un État de l'Union européenne ou partie à l'Espace économique européen

Position administrative
Il n'existe aucune exigence spécifique de position statutaire pour ces candidats.

De ce fait, est recevable la candidature de tout fonctionnaire quelle que soit la position statutaire dans laquelle il est placé.

Les fonctionnaires en congé de longue maladie ou de longue durée ou en disponibilité d'office à l'expiration d'un congé de longue maladie peuvent concourir. Toutefois, les lauréats ne peuvent être nommés en qualité de fonctionnaires stagiaires que s'ils sont réintégrés dans leurs fonctions au plus tard au 1er septembre qui suit l'admission au concours. Les lauréats bénéficiant d'un tel congé qui n'ont pas obtenu du comité médical compétent un avis favorable à leur réintégration, soit à temps complet, soit accompagné d'une autorisation à accomplir un service à mi-temps pour raison thérapeutique, au 1er septembre qui suit l'admission au concours, perdent le bénéfice de leur admission au concours.

Conditions spécifiques d'inscription à l'agrégation externe

lun, 22/07/2019 - 18:10

D'après le décret 72-580 et l'article 1 de l'arrêté du 9 septembre 2013, vous devez justifier à la date de publication des résultats d'admissibilité, en plus des conditions générales d'inscription :

  • d'un master ou d'un titre ou diplôme reconnu équivalent
  • ou d'un autre titre ou diplôme classé au niveau 1 du RNCP
  • ou d'un autre diplôme conférant le grade de master, conformément aux dispositions de l'article D. 612-34 du code de l'éducation ;
  • ou de tout autre titre ou diplôme sanctionnant un cycle d'études post-secondaires de cinq années, acquis en France ou dans un autre État, et attesté par l'autorité compétente de l'Etat considéré ;

Vous êtes reconnu justifier de la condition de titre ou de diplôme pour vous inscrire au concours, si vous avez ou avez eu la qualité d'enseignant titulaire ou de maître contractuel des établissements d'enseignement privés sous contrat admis définitivement à une échelle de rémunération des professeurs certifiés, des professeurs d'éducation physique et sportive, des professeurs de lycée professionnel et des professeurs des écoles (article 7 de l'arrêté du 9 septembre 2013).

Vous êtes dispensé de diplôme, si vous êtes mère ou père d'au moins trois enfants (décret 81-317), ou sportif de haut niveau (article L221-3 du code du sport).

Conditions spécifiques pour le CAPES/T, CPE interne

lun, 22/07/2019 - 14:30

D'après le décret 72-581 pour les certifiés et le décret 70-738 pour les CPE, pour s'inscrire au CAPES, CAPET ou CPE interne, en plus des conditions générales d'inscription :

Conditions de diplômes

Vous devez justifier à la date de publication des résultats d'admissibilité :

  • d'une licence
  • ou d'un titre ou diplôme sanctionnant un cycle d'études secondaires d'au moins 3 ans acquis en France ou dans un autre État, et attesté par l'autorité compétente de l'Etat considéré,
  • ou d'un titre ou diplôme classé au niveau II du répertoire national des certifications professionnelles (RNCP)

Vous êtes reconnu justifier de la condition de titre ou de diplôme pour vous inscrire au concours, si

  • vous avez ou avez eu la qualité de titulaire dans un corps de personnels enseignants ou d'éducation.
  • vous êtes ou avez été maître contractuel des établissements d'enseignement privés sous contrat admis définitivement à une échelle de rémunération
    (article 7 de l'arrêté du 9/9/2013)

Vous êtes dispensé de diplôme, si vous êtes mère ou père d'au moins trois enfants (décret 81-317), ou sportif de haut niveau (article L221-3 du code du sport).

Conditions de qualité

Vous pouvez vous présenter au concours si vous êtes à la date de publication des résultats d'admissibilité :

  • fonctionnaire de l'une des trois fonctions publiques ou des établissements publics qui en dépendent
  • enseignant non-titulaire d'un établissement d'enseignement public ou privé sous contrat,
  • enseignant non-titulaire assurant un enseignement du second degré dans les classes d'un établissement scolaire français à l'étranger
  • assistant d'éducation recruté en application de l'article L 916.1 du code de l'éducation
  • maître d'internat ou surveillant d'externat dans un établissement d'enseignement public relevant du ministre chargé de l'éducation
  • militaire
  • si vous avez accompli des services dans une administration, un organisme ou un établissement d'un Etat membre de l'Union européenne ou d'un Etat partie à l'accord sur l'Espace économique européen autres que la France, dont les missions sont comparables à celles des administrations et des établissements publics dans lesquels les fonctionnaires exercent leurs fonctions en France.

Vous pouvez également vous inscrire si vous avez été pendant tout ou partie de la période comprise entre le 1er septembre de l'une des six dernières années scolaires et la date des résultats d'admissibilité :

  • enseignant non-titulaire dans un établissement d'enseignement public ou privé sous contrat
  • assistant d'éducation recruté en application de l'article L 916.1 du code de l'éducation
  • maître d'internat ou surveillant d'externat dans un établissement d'enseignement public relevant du ministre chargé de l'Éducation
Conditions de services

Vous devez avoir accompli 3 années de services publics à la date de publication des résultats d'admissibilité.

Les services publics sont des services accomplis en qualité d'agent public, c'est-à-dire de fonctionnaire ou d'agent non titulaire bénéficiant d'un contrat de droit public, relevant de l'une des trois fonctions publiques et des établissements publics qui en dépendent (fonction publique de l'Etat, fonction publique territoriale, fonction publique hospitalière).

Services pouvant être pris en compte :

  • le service national
  • les services en qualité de fonctionnaire stagiaire
  • les périodes de congés (congé formation, congé maternité, congé paternité, congé parental, ...)
  • les services accomplis en qualité d'agent non titulaire de l'Etat
  • les services accomplis à l'étranger
Position administrative

Il n'existe aucune exigence spécifique de position statutaire pour ces candidats.
De ce fait, est recevable la candidature de tout fonctionnaire quelle que soit la position statutaire dans laquelle il est placé.

Les fonctionnaires en congé de longue maladie ou de longue durée ou en disponibilité d'office à l'expiration d'un congé de longue maladie peuvent concourir. Toutefois, les lauréats ne peuvent être nommés en qualité de fonctionnaires stagiaires que s'ils sont réintégrés dans leurs fonctions au plus tard au 1er septembre qui suit l'admission au concours. Les lauréats bénéficiant d'un tel congé qui n'ont pas obtenu du comité médical compétent un avis favorable à leur réintégration, soit à temps complet, soit accompagné d'une autorisation à accomplir un service à mi-temps pour raison thérapeutique, au 1er septembre qui suit l'admission au concours, perdent le bénéfice de leur admission au concours.

Conditions spécifiques d'inscription pour le 3e concours

lun, 22/07/2019 - 14:30

D'après l'article 10 du décret 72-581, les candidats doivent justifier, à la date des résultats d'admissibilité, en plus des conditions générales d'inscription de l'exercice, pendant une durée de cinq ans au moins, d'une ou de plusieurs activités professionnelles accomplies dans le cadre d'un contrat de droit privé.

Le calcul de la durée des services se fait à partir de la date de début et fin de contrat sans tenir compte de la quotité de service et en incluant les périodes de congés.

Conditions spécifiques pour le CAPES/T, CPE externe

lun, 22/07/2019 - 14:00

D'après le décret 72-581 pour les certifiés et le décret 70-738 pour les CPE, pour s'inscrire au CAPES, CAPET ou CPE externe, vous devez justifier à la date de publication des résultats d'admissibilité, en plus des conditions générales d'inscription :

  • soit d'une inscription en première année d'étude (M1) en vue de l'obtention d'un master
  • soit de la détention d'un M1 ou d'un titre ou diplôme équivalent.
  • soit d'une inscription en M2 (ou diplôme équivalent)
  • soit de la détention d'un master ou d'un titre ou diplôme reconnu équivalent par le ministre chargé de l'éducation.
  • soit, dans le cadre du CAPET externe exclusivement, de cinq années de pratique professionnelle effectuées en qualité de cadre au sens de la convention collective du travail dont ils relèvent ou dont ils relevaient.

Vous êtes reconnu justifier de la condition de titre ou de diplôme pour vous inscrire au concours,

  • si vous avez ou avez eu la qualité d'enseignant titulaire (article 7 de l'arrêté du 9 septembre 2013),
  • si vous êtes ou avez été maître contractuel des établissements d'enseignement privés sous contrat admis définitivement à une échelle de rémunération.

Vous êtes dispensé de diplôme, si vous êtes mère ou père d'au moins trois enfants (décret 81-317), ou sportif de haut niveau (article L221-3 du code du sport).

Calcul des services publics pour les concours internes

lun, 22/07/2019 - 11:04

Pour les concours du CAPES/T, de CPE et de PsyEN interne, il faut 3 ans de services publics à date des résultats d'admissibilité.
Pour les concours de l'Agrégation interne, il faut 5 ans de services publics à date des résultats d'admissibilité.

Services pris en compte :
Les services publics sont des services accomplis en qualité d'agent public, c'est-à-dire de fonctionnaire ou d'agent non titulaire bénéficiant d'un contrat de droit public, relevant de l'une des trois fonctions publiques et des établissements publics qui en dépendent (fonction publique de l'État, fonction publique territoriale, fonction publique hospitalière).

Peuvent aussi être pris en compte :

  • le service national
  • les services en qualité de fonctionnaire stagiaire
  • les périodes de congés (congé de formation, congés de maternité, de paternité, d'adoption rémunérés ou indemnisés, congé de présence parentale, congé parental)
  • les services accomplis en qualité d'agent non titulaire de l'État
  • les services accomplis à l'étranger ou dans un État de l'Union européenne ou partie à l'Espace économique européen

Prise en compte des services à temps partiel, incomplet ou discontinu :
Les services à temps partiel, incomplets ou discontinus sont totalisés dans le cadre de l'année scolaire.

  • Les services à temps partiel (50 % et au-delà) sont considérés comme des services à temps plein.
  • Les services discontinus sont considérés comme des services à temps plein dès lors qu'ils représentent au moins 50 % d'un équivalent temps plein.
  • Les services incomplets inférieurs à 50 % ou les services discontinus représentant moins de 50 %, sont comptabilisés forfaitairement pour la moitié d'une année quelle que soit la quotité de temps travaillé.

Rapport sur la réforme des retraites

lun, 22/07/2019 - 10:14

Communiqué FSU
Le rapport présenté le 18 juillet par Jean-Paul Delevoye, confirme la volonté d'instaurer un régime de retraites par points. Ce système individuel suscite beaucoup d'inquiétude pour tous les salarié-es accentuée par une forte incertitude sur le montant des pensions en raison principalement de la variation possible de la valeur du point.
L'âge de départ serait maintenu virtuellement à 62 ans. La FSU dénonce en effet un report déguisé de l'âge de départ à la retraite de 62 ans à 64 ans avec la création d'un âge « d'équilibre » en dessous duquel une décote s'appliquerait et ce même avant 2025.
La FSU alerte le Gouvernement sur les conséquences dangereuses d'un tel système qui, en renonçant au calcul des pensions sur les 6 derniers mois dans la Fonction publique et en intégrant des primes très inégales comme par exemple dans la Fonction publique territoriale voire inexistantes comme pour le corps enseignant, provoquerait mécaniquement une baisse importante du niveau des pensions.
La FSU met également en garde sur les propositions faites concernant par exemple les droits familiaux, les pensions de réversion ou encore les droits nouveaux pour les aidants…qui, en l'état, ne garantissent pas les améliorations affichées et renvoient à d'hypothétiques concertations ultérieures.
La FSU demande également au gouvernement de donner rapidement ses arbitrages afin de pouvoir mener dans les meilleurs délais les discussions non pas sur le rapport mais sur le projet gouvernemental de réforme. Elle s'opposera à toutes régressions pour les salarié-es.
Elle continuera à défendre l'intérêt collectif et celui en particulier des agent-es de la Fonction publique. Elle va maintenant engager le débat avec tous les agent-es sur ce projet de réforme du système des retraites afin de faire valoir et de porter leurs revendications. Elle les engagera à intervenir pour défendre leurs droits à une retraite de haut niveau.

Les Lilas, 19 juillet 2019

Voir aussi :
Note de la FSU sur le rapport Delevoye

Conditions générales d'inscription aux concours

lun, 22/07/2019 - 09:50

Les conditions générales valables pour tous les concours

  • limite d'âge : toute personne peut s'inscrire si elle est en mesure, à l'issue de admission, d'accomplir pendant l'année scolaire suivante son stage avant d'avoir atteint la limite d'âge légal de départ à la retraite.
  • vous devez posséder la nationalité française ou être ressortissant d'un autre État membre de l'UE, d'un État partie à l'accord sur l'Espace économique européen, de la principauté d'Andorre, de la Confédération Suisse ou de la principauté de Monaco,
  • jouir de vos droits civiques
  • ne pas avoir subi une condamnation incompatible avec l'exercice des fonctions
  • être en position régulière au regard des obligations du service national
  • justifier des conditions d'aptitude physique requises.

Il existe aussi des conditions spécifiques (conditions de titre ou diplôme, conditions de service) qui varient selon le concours.

Conditions spécifiques d'inscription à l'agrégation externe spéciale

lun, 22/07/2019 - 09:33

D'après l'article 5-3 du décret 72-580, vous devez justifier à la date de publication des résultats d'admissibilité, en plus des conditions générales d'inscription, de la détention d'un doctorat.

Vous êtes dispensé de diplôme, si vous êtes mère ou père d'au moins trois enfants (décret 81-317), ou sportif de haut niveau (article L221-3 du code du sport).

Conditions d'inscription spécifiques au concours de PsyEN

lun, 22/07/2019 - 09:20

D'après le décret 2017-120 pour les PsyEN, pour s'inscrire aux concours, en plus des conditions générales d'inscription :

Conditions de diplômes

Vous devez justifier à la date de publication des résultats d'admissibilité :

  • d'une licence en psychologie et d'une inscription en dernière année de master (M2) de psychologie comportant un stage professionnel,
  • ou d'une licence en psychologie et d'une inscription en dernière année d'un diplôme permettant de faire usage professionnel du titre de psychologue en application du décret n° 90-255 du 22 mars 1990 modifié,
  • ou d'un diplôme bac+3 en psychologie délivré par un Etat de l'Union Européenne ou de l'Espace Économique Européen et d'une inscription en dernière année de master (M2) de psychologie comportant un stage professionnel,
  • ou d'un diplôme bac+3 en psychologie délivré par un Etat de l'Union Européenne ou de l'Espace Économique Européen et d'une inscription en dernière année d'un diplôme permettant de faire usage professionnel du titre de psychologue en application du décret du 22 mars 1990,
  • ou d'une licence en psychologie et d'un master en psychologie comportant un stage professionnel,
  • ou de l'un des diplômes permettant de faire usage professionnel du titre de psychologue dont la liste est fixée par le décret du 22 mars 1990.

Il n'est pas possible d'être dispensé de diplôme.
En effet, la dérogation accordée aux parents d'au moins trois enfants et aux sportifs de haut niveau n'est pas applicable aux concours qui donnent accès à des emplois impliquant la possession d'un diplôme légalement exigé pour l'exercice de la profession (décret n° 81-317 du 7 avril 1981 modifié).

Pour le concours interne de PsyEN

Professions permettant de s'inscrire
Vous pouvez vous inscrire au concours interne si vous êtes :

  • fonctionnaire de l'une des trois fonctions publiques (État, territoriale et hospitalière) ou des établissements publics qui en dépendent,
  • ou personnel non titulaire exerçant des fonctions de psychologue de l'Éducation nationale, de psychologue scolaire ou de conseiller d'orientation - psychologue dans les établissements scolaires et les services relevant du ministre chargé de l'éducation.

Vous pouvez également vous inscrire si vous avez été pendant tout ou partie de la période comprise entre le 1er septembre de l'une des six dernières années scolaires et la date des résultats d'admissibilité :

  • personnel non titulaire
  • et avez exercé des fonctions de psychologue de l'Éducation nationale, de psychologue scolaire ou de conseiller d'orientation - psychologue dans les établissements scolaires et les services relevant du ministre chargé de l'éducation.

Conditions de services
Vous devez avoir accompli 3 années de services publics à la date de publication des résultats d'admissibilité.

Position administrative
Il n'existe aucune exigence spécifique de position statutaire pour ces candidats.
De ce fait, est recevable la candidature de tout fonctionnaire quelle que soit la position statutaire dans laquelle il est placé.

Les fonctionnaires en congé de longue maladie ou de longue durée ou en disponibilité d'office à l'expiration d'un congé de longue maladie peuvent concourir. Toutefois, les lauréats ne peuvent être nommés en qualité de fonctionnaires stagiaires que s'ils sont réintégrés dans leurs fonctions au plus tard au 1er septembre qui suit l'admission au concours. Les lauréats bénéficiant d'un tel congé qui n'ont pas obtenu du comité médical compétent un avis favorable à leur réintégration, soit à temps complet, soit accompagné d'une autorisation à accomplir un service à mi-temps pour raison thérapeutique, au 1er septembre qui suit l'admission au concours, perdent le bénéfice de leur admission au concours.

Pour le concours réservé de PsyEN

Ce concours n'existe plus depuis la session 2018

Les certifications complémentaires

ven, 19/07/2019 - 15:01

L'arrêté du 23 décembre 2003 modifié en 2006, 2009 et 2018 détaille les conditions d'attribution aux personnels enseignants des premier et second degrés d'une certification complémentaire dans certains ­secteurs disciplinaires. Elles permettent de faire reconnaître une aptitude supplémentaire ne relevant pas de leur concours. Les enseignants stagiaires peuvent passer ces certifications.

SECTEURS DISCIPLINAIRES CONCERNÉS
Plusieurs secteurs existent : le français langue seconde (FLS), les arts (cinéma et audiovisuel ; danse ; histoire de l'art ; théâtre), l'enseignement en langue étrangère dans une Discipline non linguistique (DNL), l'enseignement en Langue des signes française (LSF), les langues et ­cultures de l'Antiquité (LCA).

INSCRIPTION
L'examen comporte une session annuelle dont la date est fixée par le recteur d'académie ou le directeur du SIEC (Service interacadémique des examens et concours) en Île-de-France, auprès desquels s'effectue l'inscription. Les candidats doivent déposer un rapport précisant les titres et diplômes obtenus (en rapport avec le secteur disciplinaire choisi), les stages, les échanges, les travaux personnels effectués à titre personnel ou professionnel.

LE JURY D'EXAMEN
Les certifications complémentaires sont délivrées à la suite d'un examen constitué d'une épreuve orale, jugée par un jury académique nommé par le recteur pour chacun des secteurs disciplinaires. Ce jury comprend au moins un IA-IPR qui en est le président, des membres choisis parmi les inspecteurs de l'Éducation nationale, les corps de personnels enseignants et les enseignants-chercheurs. Des personnes ­n'appartenant pas aux corps précédemment cités peuvent aussi être choisies en raison de leurs compétences particulières. Les rapports des jurys sont consultables sur les sites Internet des rectorats et du SIEC.

L'ÉPREUVE ORALE
L'épreuve orale dure 30 minutes maximum. Elle débute par un exposé du candidat, pendant une durée de dix minutes maximum, prenant appui sur la formation universitaire ou professionnelle reçue dans une université, ou dans un autre lieu de formation dans le secteur disciplinaire et dans l'option correspondant à la certification complémentaire choisie. Le candidat peut également faire état de son expérience et de ses pratiques personnelles, dans le domaine de l'enseignement ou dans un autre domaine, notamment à l'occasion de stages, d'échanges, de travaux ou de réalisations effectués à titre professionnel ou personnel.
Cet exposé est suivi d'un entretien avec le jury, d'une durée de vingt minutes maximum, dont l'objet est d'apprécier les connaissances du candidat concernant les contenus d'enseignement, les programmes et les principes essentiels touchant à l'organisation du secteur disciplinaire et à l'option correspondant à la certification complémentaire choisie, et d'estimer ses capacités de conception et d'implication dans la mise en œuvre, au sein de l'établissement scolaire du second degré, d'enseignements ou d'activités en rapport avec ce secteur.

L'ADMISSION
Sont admis les candidats ayant reçu une note supérieure ou égale à 10. La certification est délivrée par le recteur.
Si vous n'êtes pas titularisé, vous perdez le bénéfice de cette certification.
Si vous êtes autorisé à renouveler votre année de stage, vous conservez le bénéfice de l'admission à l'examen sauf si vous n'êtes pas titularisé à l'issue de votre renouvellement.

Langues et informatique

ven, 19/07/2019 - 14:27

Depuis 2013, suite à une bataille syndicale menée par la seule FSU, le CLES et le C2i2e ne sont plus exigés pour la titularisation.
Les stagiaires issus des concours depuis la session 2014 ont simplement besoin d'avoir le master, qui intègre des UE de langue vivante et d'informatique. Il faut cependant être très vigilant : certaines universités imposent d'obtenir une certification en langue vivante d'un niveau élevé (CLES, TOIC) au sein du master. Ne pas obtenir cette certification implique un échec au master.

Que faire lors du premier contact avec les élèves ?

ven, 19/07/2019 - 14:21

Faut-il faire un plan de classe ? Faire remplir une fiche individuelle ? Commencer le cours ? Comment se faire respecter ?
Vous trouverez autant d'avis que d'enseignants sur ces questions ! En effet, le métier d'enseignant ne peut être livré « clefs en main » avec une liste exhaustive de soi-disant « bonnes pratiques ».

Comment déterminer alors « SA » façon de faire ?
Vous avez sûrement une idée propre, vous pouvez ensuite demander s'il existe des règles communes dans l'établissement, demander l'avis de votre tuteur, de vos formateurs, des autres collègues, glaner des conseils sur Internet ou dans des livres… et ensuite mettre en place la pratique qui semble vous convenir le mieux.
Il est important de vérifier qu'élèves et enseignants ont bien le même emploi du temps avec les mêmes salles, expliquer certaines règles spécifiques à votre discipline, donner la liste du matériel à apporter dans vos cours.