Actualités 2nd degré

S'abonner à flux Actualités 2nd degré Actualités 2nd degré
Le SNES est le syndicat le plus représentatif du second degré. Il rassemble 62 000 syndiqués parmi les certifiés, les agrégés, les CPE, les CO psy, les surveillants, les personnels d'Éducation et les non titulaires. Aux élections professionnelles il recueille dans ces catégories plus de 50% des voix. Incontournable dans les lycées et collèges, le SNES porte donc, vis à vis de la profession, une responsabilité particulière qu'il entend assumer en s'appuyant sur des atouts qui lui sont propres.
Mis à jour : il y a 13 min 58 sec

PRIME D'ACTIVITE

jeu, 17/01/2019 - 16:04

PRIME D'ACTIVITE : Agents de l'éducation nationale à revenus modestes, contractuels à temps complets et incomplets……

Le champs d'application de la nouvelle prime d'activité, remplaçe le RSA d'activité et la PPE (prime pour l'emploi, est élargi à compter du 1 janvier 2019. Plus de 600 000 agents publics quel que soit leur statut, fonctionnaires et agents contractuels devraient pouvoir en bénéficier, soit une augmentation de prés de 50%.

Cette prime d'activité à pour objectif de soutenir le pouvoir d'achat des salariés du secteur privé et publics disposant d'un revenu modeste, et versée aux actifs travaillant à temps plein ou à temps incomplet sous condition de revenus et de composition du foyer.

La prime est calculée sur la base d'une déclaration trimestrielle et pour en bénéficier dés février, les allocataires doivent s'inscrire auprès de la CAF du département de résidence avant le 25 janvier 2019, via le site : caf.fr
La prime n'est pas imposable !

Vous devez la demander……son attribution n'est pas automatique et 30% des personnes qui sont éligibles à cette prime, ne la réclament pas !

STAGE FCA national 2019 - les documents

jeu, 17/01/2019 - 15:03

Vous trouverez ci-dessous les liens vers les principaux textes publiés en fin d'année 2018 qui feront l'objet d'une partie de nos travaux lors du stage national FCA des 24 et 25 janvier 2019.
En pièce jointe le déroulé du stage.

Décret n° 2018-1174 du 18 décembre 2018 instituant une indemnité de fonctions pour la formation continue des adultes dans les groupements d'établissements constitués en application de l'article L. 423-1 du code de l'éducation

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000037833229

Arrêté du 18 décembre 2018 fixant les montants de l'indemnité de fonctions pour la formation continue des adultes dans les groupements d'établissements constitués en application de l'article L. 423-1 du code de l'éducation
jorf n°0294 du 20 décembre 2018 texte n°55

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000037833308

Décret n° 2018-1171 du 18 décembre 2018 relatif aux modalités d'abondement du compte personnel de formation

https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2018/12/18/MTRD1829131D/jo/texte

Arrêté du 21 novembre 2018 portant fixation des plafonds de prise en charge des frais liés au compte personnel de formation dans les services et établissements du ministère de l'éducation nationale

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=E605CCCB0FAA24DAB500292CF38D9057.tplgfr37s_2?cidTexte=JORFTEXT000037833293&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000037832549

Décret n° 2018-1329 du 28 décembre 2018 relatif aux montants et aux modalités d'alimentation du compte personnel de formation

https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2018/12/28/MTRD1828539D/jo/texte

Décret n° 2018-1330 du 28 décembre 2018 relatif aux actions de formation et aux bilans de compétences

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000037883747

Décret n° 2018-1331 du 28 décembre 2018 relatif à l'organisation et au fonctionnement de France compétences

https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2018/12/28/MTRD1829836D/jo/texte

Décret n° 2018-1332 du 28 décembre 2018 relatif à l'utilisation du compte personnel de formation dans le cadre d'un projet de transition professionnelle

https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2018/12/28/2018-1332/jo/texte

Décret n° 2018-1333 du 28 décembre 2018 relatif à la gestion du compte personnel de formation par la Caisse des dépôts et consignations

https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2018/12/28/MTRD1830972D/jo/texte

Décret n° 2018-1336 du 28 décembre 2018 relatif aux conditions de mobilisation du compte personnel de formation par le salarié

https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2018/12/28/MTRD1830900D/jo/texte

Décret n° 2018-1341 du 28 décembre 2018 relatif aux actions de formation et aux modalités de conventionnement des actions de développement des compétences

https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2018/12/28/MTRD1833743D/jo/texte

CAPN de révision de l'évaluation de la valeur professionnelle des agrégés : le rendez vous manqué

jeu, 17/01/2019 - 11:06

Les élus des personnels du SNES-FSU, SNEP-FSU, SNESup-Fsu, du SNALC, du SGENCFDT et du SNFO-LC ont décidé de quitter la CAPN des professeurs agrégés réunie ce jour à Paris pour examiner les recours formulés par les collègues après leur rendez-vous de carrière.
Par cet acte fort et rare, ils ont voulu signifier que les conditions d'examen des dossiers des collègues après leur troisième et dernier rendez-vous de carrière n'étaient pas réunies. Au mépris de tout dialogue et de la réglementation, l'administration a voulu fixer des quotas de révisions.
Cette décision unilatérale consistait à déterminer par avance le nombre de révisions possibles. Après avoir accepté de modifier 89 dossiers sur 199, l'administration a considéré qu'un plafond était atteint alors même qu'il restait plus de la moitié des dossiers à examiner. L'attitude de l'administration ne peut que susciter incompréhension, frustration et amertume. De plus, elle ne souhaitait plus entrer dans les détails des dossiers des collègues. Pourtant, l'examen attentif de quelques uns a mis en exergue l'incohérence entre l'évaluation des items, les appréciations littérales et l'appréciation finale du ministre. Cette gestion purement administrative et technocratique des « ressources humaines » aboutit à des aberrations. Les collègues ayant une majorité d'appréciations des items « excellent » n'ont pas tous obtenu une appréciation finale du ministre « excellent ». Certains même, malgré des appréciations très élogieuses, ont été maintenus à « satisfaisant ». L'institution doit être capable de reconnaître la qualité et l'engagement de ses personnels après 15 ans et plus de carrière. Dans le cadre d'une évaluation objective et juste, la valeur professionnelle ne se contingente pas. Après les élections professionnelles, le déroulé de cette première commission est un mauvais signal envoyé à la profession pourtant attachée au paritarisme comme le prouve la participation en hausse aux élections professionnelles.

CP CAPN de révision de l'évaluation de la valeur professionnelle des agrégés : le rendez vous manqué

Un accès à la HEB au sein du corps contingenté

jeu, 17/01/2019 - 10:04

Le Ministère refuse la création d'un 7ème échelon qui permettrait à tous d'accéder à la HEB. Le SNES-FSU va poursuivre ses interventions pour obtenir que tous les professeurs de Chaires supérieures puissent accéder à la HEB avant de partir en retraite.

Le SNES-FSU avait écrit au Ministre le 14 novembre dernier pour demander la création d'un 7ème échelon dans la carrière des professeurs de Chaires supérieures permettant à tous d'accéder à la HEB avant la retraite.

Rappelons que, grâce à ses interventions répétées, le SNES-FSU avait obtenu, au printemps 2017, un accès à la HEB via la classe exceptionnelle des agrégés pour les professeurs de Chaires supérieures : 55 professeurs en ont bénéficié en 2017-2018 avant de partir en retraite.

Pour le SNES-FSU, cette avancée ne pouvait constituer qu'un premier pas et avait continué de revendiquer un accès à la HEB au sein du corps des professeurs de Chaires supérieures conformément à ses mandats adoptés au Congrès national de Rennes 2018.

En juillet 2018, le Ministère avait alors présenté au Comité Technique Ministériel (CTM) un projet de décret prévoyant un accès à la HEB au sein du corps des professeurs de Chaires supérieures via un échelon spécial contingenté et limité à 10% du corps. Le SNES-FSU revendique, lui, la création d'un échelon normal sans barrage accessible par ancienneté permettant aux nombreux collègues proches de la retraite d'envisager de pouvoir le faire en ayant atteint le chevron B3.

Si le Ministère, dans un courrier en date du 9 janvier, adressé au SNES-FSU, confirme la prochaine publication du décret prévoyant l'accès à la HEB au sein du corps, il a, en revanche, transmis une fin de non-recevoir à la demande du SNES-FSU de création d'un 7ème échelon.

Réponse du Ministère 09.01.2019

Le SNES-FSU entend poursuivre sans relâche ses interventions pour obtenir un accès à la HEB pour tous les professeurs de Chaires supérieures et s'est déjà adressé aux associations de spécialistes pour leur proposer un courrier commun.

En mai 2019, la CAPN du corps des professeurs de Chaires supérieures devrait statuer sur la promotion rétroactive de 110 professeurs de Chaires supérieures au 1er septembre 2018 et sur les promotions pour 2019-2020. En 2019-2020, ce sont 165 professeurs de Chaires supérieures qui seront à la HEB. Le SNES-FSU continuera d'informer la profession dès qu'il recevra plus d'éléments de la part du Ministère sur ce dossier.

Le Ministère refuse le 7ème échelon aux professeurs de Chaires supérieures

jeu, 17/01/2019 - 10:04

Il va falloir poursuivre la pression pour obtenir que tous les professeurs de Chaires supérieures puissent accéder à la HEB avant de partir en retraite.

Le SNES-FSU avait écrit au Ministre le 14 novembre dernier pour demander la création d'un 7ème échelon donnant accès à la HEB dans la carrière des professeurs de chaires supérieures accessible à tous avant la retraite.

Rappelons que grâce à ses interventions répétées, le SNES-FSU avait obtenu, au printemps 2017, un accès à la HEB via la classe exceptionnelle des agrégés pour les professeurs de Chaires supérieures : 55 professeurs en ont bénéficié en 2017-2018 avant de partir en retraite.

Pour le SNES-FSU, cette avancée ne pouvait constituer qu'un premier pas et avait continué de revendiquer un accès à la HEB au sein du corps des professeurs de Chaires supérieures conformément à ses mandats adoptés au Congrès national de Rennes 2018.

En juillet 2018, le Ministère avait alors présenté au Comité Technique Ministériel (CTM) un projet de décret prévoyant un accès à la HEB au sein du corps des professeurs de Chaires supérieures via un échelon spécial contingenté et limité à 10% du corps. Le SNES-FSU revendique, lui, la création d'un échelon normal sans barrage accessible par ancienneté permettant aux nombreux collègues proches de la retraite d'envisager de pouvoir le faire en ayant atteint le chevron B3.

Si le Ministère, dans un courrier en date du 9 janvier, adressé au SNES-FSU, confirme la prochaine publication du décret prévoyant l'accès à la HEB au sein du corps, il a, en revanche, transmis une fin de non-recevoir à la demande du SNES-FSU de création d'un 7ème échelon.

Réponse du Ministère 09.01.2019

Le SNES-FSU entend poursuivre sans relâche ses interventions pour obtenir un accès à la HEB pour tous les professeurs de Chaires supérieures et s'est déjà adressé aux associations de spécialistes pour leur proposer un courrier commun.

En mai 2019, la CAPN du corps des professeurs de Chaires supérieures devrait statuer sur la promotion rétroactive de 110 professeurs de Chaires supérieures au 1er septembre 2018 et sur les promotions pour 2019-2020. En 2019-2020, ce sont 165 professeurs de Chaires supérieures qui seront à la HEB. Le SNES-FSU continuera d'informer la profession dès qu'il recevra plus d'éléments de la part du Ministère sur ce dossier.

"Rendre la philosophie populaire" : cahier de doléances des professeurs de philosophie...

mer, 16/01/2019 - 19:38

Apparemment "choyé" par la réforme du lycée - mais nous y reviendrons -, l'enseignement de la philosophie est en réalité menacé dans les séries technologiques. Outre que les épreuves du baccalauréat attendent désespérément une remise à plat ; la possibilité d'accueillir des élèves en classe dédoublée dans ces séries, ne survivra pas à la réforme Blanquer (après avoir été largement amputée par la réforme de 2012) !

Le SNES a donc à nouveau sollicité les associations professionnelles et l'intersyndicale pour adresser ses voeux au ministre.

Pour mémoire, vous trouverez ici la consigne ministérielle du 15/01/2015

Calculatrice et mode examen à la session du baccalauréat 2019 : statu quo

mer, 16/01/2019 - 15:04

Le mode examen verrouille l'accès à la mémoire du système, et donc à toutes les formules entrées dans la calculatrice, ce qui permet d'éviter la triche.

Annoncé en 2015, ce dispositif anti-triche pour les épreuves du baccalauréat devait être appliqué dès le 1er janvier 2018. Il a été repoussé une première fois et à la session 2018, les candidats ont pu composer dans les mêmes conditions qu'à la session 2017 avec l'équipement de leur choix.

On trouve sur Eduscol :

« Dans le cadre des réformes en cours et afin de prendre en compte les nouvelles modalités d'épreuves, il a été décidé, pour cette session, de ne pas mettre en œuvre la circulaire n° 2015-178 du 1er octobre 2015 relative à l'utilisation des calculatrices électroniques aux examens et concours de l'enseignement scolaire, au diplôme de comptabilité et gestion (DCG), au diplôme supérieur de comptabilité et de gestion (DSCG), au diplôme d'expertise comptable (DEC) et au brevet de technicien supérieur (BTS). »

En conclusion, ce dispositif est une nouvelle fois repoussé. Il est donc inutile d'inciter les élèves à acheter ce type de calculatrice.

Pour répondre

mar, 15/01/2019 - 14:39

#STOPMépris : le SNES-FSU appelle à une première journée d'action

mar, 15/01/2019 - 14:30

Jeudi 17 janvier, le SNES-FSU appelle à une journée nationale d'action dans les établissements scolaires pour dire stop au mépris du gouvernement envers les personnels de l'éducation.
En effet, les revendications constamment exprimées par les personnels, dans les instances, dans des mobilisations, à travers leurs votes aux élections professionnelles sont constamment ignorées par le président de la République et le ministre de l'Éducation nationale.

Pire, les réformes annoncées aggravent une situation extrêmement difficile. Le mépris affiché du ministre JM Blanquer, qui se targue encore de faire l'unanimité auprès des enseignants, est d'autant plus insupportable. À travers les actions du 17 janvier, il s'agit de dire trois fois stop :

Stop à la baisse de nos revenus
Nul besoin d'un « observatoire de la rémunération » des professeurs évoqué par le ministre pour savoir que les enseignants français sont parmi les moins bien payés d'Europe.
Le SNES-FSU demande un rattrapage des salaires (notamment par le dégel de la valeur du point d'indice), le doublement de l'ISOE et l'alignement des indemnités des Psy-EN, professeurs documentalistes et CPE sur ce montant, des mesures telles que l'augmentation de l'indemnité de résidence.

Stop aux suppressions de postes
Ce sont 2 450 postes qui seront supprimés à la rentrée 2019. Pour pallier les manques qu'ils créeront le ministre de l'Éducation Nationale entend imposer deux heures supplémentaires aux enseignants.
Pour le SNES-FSU, les heures supplémentaires doivent rester un choix et ne peuvent être ni une réponse à la hausse des effectifs annoncée ni à la nécessaire augmentation des rémunérations. Il faut un recrutement à hauteur des besoins et non des enseignants surchargés !

Stop à la réforme du lycée
« Diviser pour mieux régner » telle semble être la devise du gouvernement. La réforme des lycées implique non seulement un appauvrissement de l'offre d'enseignement dans une grande partie des lycées mais va également engendrer une mise en concurrence inévitable des disciplines, des personnels et des établissements. Le passage en local du baccalauréat va amoindrir la valeur du diplôme. Élèves et personnels vont payer le prix de ces réformes inégalitaires.
Pour le SNES-FSU, ces réformes ne doivent pas s'appliquer à la rentrée prochaine.

Pour se faire entendre, le SNES-FSU invite les personnels à s'organiser en heure d'information syndicale pour arrêter le travail dans la matinée du 17 janvier et à exprimer leur insatisfaction sur les réseaux sociaux, à afficher leur message “stop” devant leur établissement.

Ces initiatives seront suivies d'une journée de grève et manifestations intersyndicales le 24 janvier 2019.

Un site Internet dédié, #STOPMépris a été lancé pour informer sur cette mobilisation et pour permettre aux personnels d'interpeller directement le ministre.

[Certifiés] Modalités d'accès au corps des agrégés par liste d'aptitude 2019

mar, 15/01/2019 - 11:26
Conditions requises

La note de service relative à l'accès au corps des professeurs agrégés par liste d'aptitude parue au BO n°1 du 3 janvier 2019, rappelle les conditions requises pour candidater.

Les candidats (en activité dans le second degré ou dans l'enseignement supérieur, mis à disposition d'un autre organisme ou d'une autre administration ou en position de détachement) doivent :
être, au 31 décembre 2018, professeur certifié, professeur de lycée professionnel ou professeur d'éducation physique et sportive
être âgé de 40 ans au moins au 1er octobre 2019
justifier à cette même date de dix années de services effectifs d'enseignement, dont cinq dans leur corps.

Remarques :

les PLP sont proposés dans la discipline dans laquelle ils justifient du diplôme le plus élevé, il en est de même pour tous les certifiés relevant d'une discipline pour laquelle il n'y a pas d'agrégation (ex : documentation).

Appel à candidature

Le dossier de candidature (CV statutaire et lettre de motivation) est à saisir sur i-Prof entre le 7 janvier et le 27 janvier 2019.

L'accès à i-Prof est possible à partir du site du ministère ([http://www.education.gouv.fr/cid2674/i-prof-l-assistant-carriere.html]).

Remarques :

- Les personnels affectés à Saint-Pierre-et-Miquelon relèvent de la compétence de l'académie de Caen

- Les agents dont l'affectation à Wallis-et-Futuna ou la mise à disposition de la Nouvelle-Calédonie prend effet en février 2019 peuvent faire acte de candidature dans leur académie d'affectation actuelle, où sera examiné leur dossier. De même, les agents affectés à Wallis-et-Futuna ou mis à disposition de la Nouvelle-Calédonie, dont l'affectation en métropole ou dans un département d'outre-mer prend effet en février 2019, voient leur dossier examiné selon le cas par la Nouvelle-Calédonie ou, pour les agents affectés à Wallis- et-Futuna, par le bureau DGRH B2-4 du ministère.

- Les personnels hors académie relevant du bureau DGRH B2-4 (détachés dans l'enseignement supérieur, auprès d'une administration ou auprès d'un organisme implanté en France, personnels mis à disposition, personnels en position de détachement à l'étranger, affectés à Wallis-et-Futuna) doivent enrichir leur dossier et faire acte de candidature via i-Prof.

- Les agents en position de détachement ou mis à disposition doivent faire parvenir au bureau des personnels enseignants du second degré hors académie (bureau DGRH B2-4), au plus tard pour le 4 février 2019 , l'imprimé (fiche d'avis), dûment renseigné et visé par leur supérieur hiérarchique. Cette fiche est téléchargeable sur Siap à l'adresse suivante : http://www.education.gouv.fr/cid270/s-inscrire-pour-une-promotion.html, ou est disponible auprès des organismes de tutelle ou du bureau DGRH B2-4.

-Les agents affectés à Wallis-et-Futuna au moment du dépôt de leur dossier doivent transmettre, une fois leur dossier complété par leurs soins dans l'application i-Prof, une édition papier de ce dernier, revêtue de l'avis de leur chef d'établissement au vice-recteur de Wallis-et-Futuna. Ce dernier formule un avis sur chacun des dossiers et transmet ces derniers au bureau des personnels enseignants du second degré hors académie (DGRH B2-4) au plus tard pour le 4 février 2019 .

Le C.V. statutaire

La saisie préalable du CV sur i-Prof reste imposée. Le CV statutaire demeure automatiquement complété à partir des informations saisies dans le CV i-Prof. Ainsi, celui-ci n'est toujours pas modifiable comme avec le modèle papier. Nous vous recommandons de vérifier que le CV affiché est bien le CV statutaire [l'affichage est : « CURRICULUM VITAE (Arrêté du 15-10-99) »] et de signaler rapidement tout dysfonctionnement.

La lettre de motivation

Rappelons que l'arrêté du 15/10/1999 modifié, comportant le modèle de CV statutaire, stipule que la lettre de motivation « décrit la diversité des expériences professionnelles du candidat ».

La note de service 2019 précise que « la lettre de motivation fait apparaître l'appréciation portée par le candidat sur les étapes de sa carrière, l'analyse de son itinéraire professionnel, les motivations (projets pédagogiques, éducatifs ou autres) qui le conduisent à présenter sa candidature.
Complémentaire au curriculum vitae qui présente des éléments factuels, la lettre de motivation permet au candidat de se situer dans son parcours professionnel en justifiant et en valorisant ses choix. Elle présente une réflexion sur sa carrière écoulée et met en évidence les compétences acquises, les aptitudes et les aspirations qui justifient sa demande de promotion. »

CAPA et CAPN

Les avis portés sur les dossiers de candidatures par le chef d'établissement et l'inspection ( « très favorable », « favorable », « réservé » ou « défavorable » ) doivent être rendus consultables avant la tenue de la CAPA. Ces avis ne peuvent être formulés qu'à partir du CV et de la lettre de motivation, éléments statutaires pour cette promotion.

La date limite de réunion des CAPA d'examen des propositions rectorales (CAPN pour les collègues gérés par la DGRH B2-4) est fixée au 22 mars 2019.

AcadémieDate de la CAPA 29e rectorat à venir Aix-Marseille à venir Amiens à venir Besançon à venir Bordeaux à venir Caen à venir Clermont-Ferrand à venir Corse à venir Créteil à venir Dijon à venir Grenoble à venir Guadeloupe à venir Guyane à venir Lille à venir Limoges à venir Lyon à venir Martinique à venir Mayotte à venir Montpellier à venir Nancy-Metz à venir Nantes à venir Nice à venir Nouvelle-Calédonie à venir Orléans-Tours à venir Paris à venir Poitiers à venir Polynésie française à venir Reims à venir Rennes à venir Réunion à venir Rouen à venir Strasbourg à venir Toulouse à venir Versailles à venir

La CAPN de nomination est prévue du 21 au 23 mai 2019.

Possibilités de nomination

L'accès au corps des agrégés par liste d'aptitude se fait dans le rapport de 1 pour 7 titularisations prononcées dans la discipline de recrutement au 1er septembre de l'année scolaire en cours.

Les possibilités de promotions dépendent donc directement des postes mis aux concours externes et internes 2 ans auparavant.

DisciplinesContingents 2019 Allemand Anglais Arabe Arts appliqués Arts plastiques Biochimie – Génie biologique Chinois EPS Économie-Gestion Espagnol Hébreu Histoire-Géographie Italien Japonais Lettres classiques Lettres modernes Mathématiques Éducation musicale Néerlandais Philosophie Polonais Portugais Russe SVT SMS Sciences physiques SES S2I Ingénierie mécanique S2I Ingénierie électrique S2I Ingénierie des constructions TOTAL à venir

Le décret n° 2016-656 du 20 mai 2016 a modifié le statut particulier des professeurs agrégés ("Lorsque le nombre des titularisations prononcées l'année précédente parmi les candidats ayant satisfait aux épreuves de l'agrégation n'est pas un multiple de 7, les restes constatés dans chaque discipline s'additionnent pour entrer dans le calcul du nombre de nominations, toutes disciplines confondues, prononcées au titre de l'année pour laquelle est établie la liste d'aptitude.").

L'évolution du nombre de promotions possibles par discipline depuis 2003 se trouve ci-dessous [1]

Pensez à renvoyer la fiche syndicale de suivi individuel se trouvant ici à votre section académique, en y joignant une copie du CV et de la lettre de motivation.

[1] Évolution du nombre de promotions possibles par discipline depuis 2003

Disciplines200320042005200620072008200920102011201220132014201520162017 Allemand 12 11 9 10 9 10 7 9 8 8 11 12 11 14 16 Anglais 26 25 28 30 29 28 28 25 25 24 22 25 29 32 38 Arabe 1 1 0 1 1 0 1 0 0 1 1 0 0 0 1 Arts appliqués 2 2 2 6 2 1 2 2 1 0 2 2 1 2 3 Arts plastiques 6 7 6 2 6 4 4 5 4 4 5 5 7 8 8 Biochimie – Génie biologique 2 3 2 2 2 3 2 1 1 2 2 1 3 1 3 Chinois 0 1 0 0 1 0 1 0 0 1 0 0 0 0 0 EPS 21 21 20 19 19 15 16 16 16 14 16 16 20 20 22 Économie-Gestion 21 22 19 17 20 16 13 13 12 12 12 10 13 17 21 Espagnol 14 14 16 14 11 11 11 10 12 8 10 8 11 10 11 Hébreu 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Histoire-Géographie 35 34 37 37 35 29 29 29 27 29 29 23 32 32 32 Italien 3 3 2 3 4 2 2 3 3 3 3 2 2 3 2 Japonais 0 1 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 Lettres classiques 14 15 14 14 14 11 11 10 11 11 14 14 17 15 19 Lettres modernes 32 32 37 34 37 30 28 30 26 26 29 25 33 37 37 Mathématiques 56 56 67 67 62 53 47 43 50 47 58 57 60 52 53 Éducation musicale 6 6 7 6 5 4 4 3 4 3 4 3 4 4 4 Néerlandais 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Philosophie 13 14 14 15 12 11 9 9 7 7 9 8 11 11 11 Polonais 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Portugais 1 1 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Russe 0 0 1 1 0 1 0 0 0 0 0 1 0 1 0 SVT 30 31 31 30 28 20 20 19 19 17 16 15 16 17 19 SMS - - - - - - - - - - - - 0 0 1 Sciences physiques 46 42 51 45 48 32 34 32 31 32 27 20 22 19 19 SES 6 5 6 5 5 6 4 6 6 4 5 6 7 9 7 S2I Ingénierie mécanique - - - - - - - - - - 8 4 3 4 6 S2I Ingénierie électrique - - - - - - - - - - 2 2 1 2 4 S2I Ingénierie des constructions - - - - - - - - - - 1 2 1 4 4 Mécanique 10 9 8 5 7 6 5 5 4 4 - - - - - Génie Mécanique 8 8 8 7 6 4 4 4 4 1 - - - - - Génie Civil 7 6 3 4 2 2 3 1 2 1 - - - - - Génie Électrique 8 8 9 5 5 3 3 3 3 3 - - - - - TOTAL 380 378 398 382 370 304 288 278 276 262 286 261 304 315 342 Variations -2 +20 -16 -12 -66 -16 -10 -2 -14 +24 -25 +43 +11 +27

page pratique 785

lun, 14/01/2019 - 18:20

DE L'USAGE DE LA CARTE BANCAIRE

PAPIERS D'IDENTITÉS, DOCUMENTS OFFICIELS : attention aux délais d'obtention

SUPPLEMENT 785

lun, 14/01/2019 - 18:11

DOSSIER retraité.e.s mobilisations en europe

ACTUALITÉ en 2019, une seule solution Satisfaire les revendications

SANTÉ/SOCIÉTÉ Protection sociale des fonctionnaires : des complémentaires pour tous, danger

LOISIRS/CULTURE Voyage au Vietnam

PORTRAIT Martin Palisse Un circassien engagé

Spécialités et options, effets d'annonce et de seuils

dim, 13/01/2019 - 18:26

La nouvelle organisation des enseignements est assez emblématique de la proposition de "parcours" de formation dont les ressorts sont masqués sous le discours séduisant de la liberté de choix. On constate ainsi que l'implantation des enseignements de spécialité de la voie générale, déterminants pour l'orientation post-bac, cristallise et renforce les inégalités déjà existantes.

Les lycées ruraux, les petits établissements ou les moins favorisés socialement ne pourront pas assurer le maximum de possibilités de parcours. Pour enrichir sa formation, le lycéen sera condamné à aller voir ailleurs pour une partie de ses enseignements, dans un autre lycée, en visio-conférences ou au CNED. Certaines spécialités sont affichées comme implantées dans un lycée alors que les cours auront lieu ailleurs.
Il faut avoir en tête que ces cartes de formations présentées en CTA ne sont finalement qu'indicatives car il faut s'attendre à des ouvertures conditionnées par des effectifs minimum. A ce jour, nous ne disposons d'aucune visibilité sur les seuils d'ouverture et de financement des groupes de spécialités. 35, 32 , 30 ou 25 élèves minimum , les rumeurs circulent dans les établissements. Pour tout groupe de spécialité inférieur à ce seuil, le financement serait local, à savoir sur la marge horaire qui risque, décidément, de servir à beaucoup de choses. La mise en concurrence des spécialités avec les options s'en trouve accentué. Il n'est pas étonnant de voir, dans ce contexte, arriver les proposition de fusions d'enseignements optionnels avec ceux de spécialité (LVC, Latin, Grec, Arts).
Le secteur lycée tente au travers de quelques académies (Lille, Limoges, Clermont, Lyon) de mettre en lumière les logiques internes de cet affichage. Ce travail a vocation être étendu aux cartes des spécialités et options des autres académies (voir graphiques ci dessous).

Répartition de l'offre de formation (Lille, Limoges, Clermont, Lyon)

La réponse des retraité-e-s au président de la République

sam, 12/01/2019 - 20:17

La réponse des retraité-e-s au président de la République« Reprenez vos cadeaux ! »
Rendez nous notre pouvoir d'achat !

Le président a présenté ses vœux aux Français. Il n'a rien vu, sauf la violence dans certaines manifestations, rien entendu qui le concerne mais il dit avoir tout compris : les Français veulent qu'il poursuive ses réformes. Il fait l'impasse totale sur la violence sociale de ses choix politiques qui conduisent à enrichir les plus riches au détriment du plus grand nombre.
Il envisage de grands débats, en précisant qu'il poursuivra son programme de « réformes », celles qui provoquent les colères sociales actuelles !

LES ' CADEAUX'

AUX RETRAITÉS

  • CSG + 25 %
  • Inflation 2018 + 2019 :

    entre 3,2 et 3,7 %

  • Pensions public et privé

    2018 + 2019 : + 0,3 %

  • Pensions ARRCO/AGIRC

    + 0,6 %

  • Gaz + 16 % en 2018
  • Fioul + 30 %
  • Essence + 15 %
  • Diesel + 23 %
  • Mutuelles + 6 %
  • APL
    – 5 €
LES CADEAUX

AUX MILLIARDAIRES ET AU GRAND PATRONAT

  • ISF : 4,5 milliards
  • Flat tax : 10 milliards
  • Exit tax : 6 milliards
  • CICE : 40 milliards
  • Évasion fiscale : 100 milliards

Reprenez vos « cadeaux », ceux qui aggravent les conditions de vie des retraité-e-s et ceux qui enrichissent les milliardaires de ce pays aux dépens du plus grand nombre d'entre nous. Et rendez nous notre pouvoir d'achat !

Contrairement à vos engage-ments de campagne électorale :
« Je maintiendrai le niveau de vie des retraités », vous avez porté gravement atteinte à notre pouvoir d'achat, « en même temps » que vous accordiez de somptueux cadeaux fiscaux à ceux dont
la fortune n'a cessé de grossir depuis des décennies.

Tout au long de l'année 2018, les personnes retraitées ont souvent manifesté à l'appel des 9 organisations et elles sont très nombreuses dans les actions menées par les « gilets jaunes ». Toutes les grèves et les actions engagées pour la défense des services publics et l'amélioration du pouvoir d'achat, la colère des gilets jaunes, tout ceci aurait dû vous inciter à changer de politique. Vous avez choisi d'ignorer la colère de toutes les victimes de votre politique, qui fait exploser les inégalités, aggrave l'injustice fiscale, handicape durablement l'économie du pays.

Nous en avons besoin pour vivre normalement, nous soigner quand il le faut, participer par nos achats au redressement économique du pays, nous accorder des loisirs amplement mérités par une vie de travail, aider nos enfants, nos petits enfants en difficulté. Vivre dignement notre retraite tout simplement. C'est notre droit ! Le 31 janvier ce seront les étrennes du président. Ce jour là, nous allons vous rendre vos « cadeaux » car nous n'en voulons pas et nous exigeons que vous les repreniez.

Concrètement, les retraité-e-s exigent :
  • l'annulation de la hausse de la CSG pour
    tous les retraités,
  • la revalorisation des pensions, conformément
    au code de la sécurité sociale, à la hauteur
    de l'inflation : 1,7% pour 2018,
  • le retour à l'indexation sur les salaires,
  • le maintien de la pension de réversion selon
    les modes de calcul actuels. Et pour équilibrer le budget de l'État :
  • rétablissement de l'ISF, de la taxation
    des dividendes, de l'impôt progressif,
  • suppression du CICE et des exonérations
    de cotisations patronales,
  • éradication de la fraude et de l'évasion fiscales
    entre autres…

Le 31 janvier nous invitons tous les retraité-e-s à déposer ces « cadeaux »
devant les sièges des députés de votre majorité qui ont voté sans états d'âme
toutes vos réformes. La moindre des civilités démocratiques veut qu'ils les réceptionnent
et vous fassent parvenir le message des retraité-e-s :

« Rendez nous notre pouvoir d'achat ! »

EN PIÈCE JOINTE LE TRACT

11 01 19 releve decision groupe des 9

sam, 12/01/2019 - 20:11


Relevé de décisions du
Groupe des neuf le 11 janvier 2019

La réunion des 9 organisations de retraité-e-s s'est tenue le vendredi 11 janvier 2019, de 9 h 30 à 12 h, dans les locaux de la FSU. Toutes les organisations étaient représentées. Voici ci-dessous, le relevé des décisions prises au cours de notre réunion.

Tract : après discussion sur des demandes de modifications, notamment dans les encadrés chiffrant le coût des cadeaux, le texte est adopté.
Il pourra être suivi d'un autre, moins dense, pour permettre d'ajouter les modalités d'actions locales. Ce sont les camarades de la CGT qui mettent au point le texte définitivement retenu.

Affiche A3 : le projet est retenu avec une seule modification, le coût de 100 milliards de l'évasion fiscale. Elle sera tirée à 5 000 exemplaires, envoyée de façon centralisée dans les départements à l'adresse des USR-CGT. Le coût du tirage sera faible, mais les frais d'envois élevés, ce coût sera réparti entre les neuf organisations. Toutes les équipes militantes dans les départements sont invitées à s'organiser rapidement entre elles pour utiliser ce matériel d'ici le 31 janvier.

Communiqué de presse : la CGT (Jean-Pierre) enverra un projet reprenant quelques exemples d'actions du Groupe des 9 sur le pouvoir d'achat, notamment les pétitions et cartes pétitions.

Audiences nationales :

  • Le COR qui va se pencher sur les réversions : la FSU (Marylène) envoie la demande d'audience au président du COR.
  • Eliane Assasi (PCF) au Sénat rencontre les 9 organisations le mardi 15 dans l'après-midi (heure à préciser).
  • Gilles Le Gendre (président du groupe LREM) à l'Assemblée Nationale rencontre les 9 organisations le 24 janvier à 15 heures. La réunion de lundi 21 janvier à partir de 14 h dans les locaux de FO aura à son ordre du jour la préparation entre nous de cette rencontre. Le principe est acquis de ne pas le remercier de nous recevoir et, au contraire, de rappeler son refus de nous recevoir le 18 décembre et plus généralement de la volonté du gouvernement d'ignorer les partenaires sociaux, ce qui représente une rupture avec le passé. C'est notamment son groupe qui a voté la suppression de l'ISF, le plafonnement à 30 % de l'imposition des dividendes et l'augmentation de la CSG.
  • Le ministère des Finances (Olivier Dussop, Secrétaire d'état auprès du ministère de l'action et des comptes publics) a répondu le 3 janvier à notre courrier et donné son accord pour une rencontre. Nous décidons de lui proposer le 31 au matin, afin de pouvoir rendre compte des résultats de cette rencontre à la manifestation de l'après-midi.
    Pour tous ces rendez-vous, les participant-e-s envoient à la CGT (Jean-Pierre) toutes leurs coordonnées.

Une conférence de presse se tiendra le lundi 28 janvier à 11 heures à la CGT (Montreuil), quelques jours donc avant la journée nationale du 31 janvier. La CGT envoie l'invitation à la presse.

Le 31 à Paris, le parcours de 2,7 km partira de la place d'Italie à 14 h 30, passera par le boulevard Vincent Auriol et se terminera au ministère des finances, à Bercy, ministère le plus important pour nous. Si la rencontre au ministère est acceptée le matin, nous pourrons en rendre compte aux manifestant-e-s.

Le « grand débat » d'E. Macron.

Nationalement, nous savons tous qu'il ne portera que sur les questions retenues par le gouvernement, qui va tenter d'utiliser les réponses pour appuyer les « réformes » qu'il a déjà prévues. Le groupe des neuf n'a ni à appeler à participer, ni à donner la consigne de ne pas y aller. Nous avons la responsabilité, dans la période, d'exprimer nos propres revendications (qui font notre cohésion) et d'agir pour les faire connaître.

Localement, chaque personne, chaque équipe, décidera d'y participer ou non, selon le contenu de la réunion, sa liberté d'expression, le nombre et la qualité des personnes présentes. Certaines de ces réunions pourraient reprendre les cahiers locaux de doléances : le pouvoir d'achat (pensions et salaires), les inégalités sociales (CSG et ISF, en opposition), les services publics (accès, privatisation, qualité). Dans ce cas, nos revendications peuvent y être rappelées … ensuite, si le gouvernement ne reprend pas les conclusions de ces réunions, ceci pourra lui poser problème. Dans certaines communes, des maires semblent vouloir mettre en place des « cahiers de doléances » de façon correcte.

Ce besoin de débats nous incite à insister auprès des équipes départementales à organiser des réunions locales pour discuter dans un lieu « neutre » comme une salle municipale ; ces réunions doivent être très ouvertes et comporter un échange sur la façon d'organiser le 31.

Nous pensons que l'organisation par les équipes des 9 organisations de retraité-e-s dans les départements, de rencontres / consultations sur la situation des personnes retraitées, aurait un sens et confirmerait notre souci commun d'indépendance par rapport aux gouvernements et notre refus d'être éventuellement instrumentalisés par les uns ou les autres.

L'initiative du Pas-de-Calais (rappel des revendications, questionnaire sur le pouvoir d'achat, les services publics, la protection sociale, la place des retraités, etc.) mérite d'être connue, en tant qu'exemple.

Le Haut Conseil de l'âge va travailler à une contribution sur les femmes séniors (55 à 64 ans) : rôle des femmes dans l'aide à leurs proches, effets des séparations conjugales tardives (dont le veuvage). Il travaillera avec Delevoye sur la réversion, nous devons préparer les arguments partagés par les neuf.
Le HCA auditionnera Dominique Libault le 15 janvier : nous rappellerons nos positions.

Les audiences dans les départements, notamment avec les parlementaires LREM dont certains sont déstabilisés, sont à poursuivre.

Réflexions à reprendre :

  • L'annulation de l'augmentation de la CSG pour la moitié des retraité-e-s qui la subissent, sert aussi au gouvernement pour faire passer l'idée que nous sommes « aisés » au-dessus de 2 000 € pour une personne seule et de 3 000 € à deux. Nous aurons à dénoncer cette idée.
  • Sur la taxe d'habitation, le Conseil Constitutionnel a exigé que tout le monde soit concerné, alors que le gouvernement affirme que les personnes aisées sont celles qui sont au-dessus de 2 250 € pour une personne seule, 1 800 € par personne pour un couple. Mettre cette taxe sur la table des discussions, c'est éviter de parler et de toucher à l'ISF.

Prochaine réunion : le lundi 21 janvier 2019, à 14 h à FO.

Points déjà à l'ordre du jour : préparation de la rencontre avec Le Gendre, réflexions ci-dessus, points non traités.

LE RELEVÉ DE DÉCISION AVEC LES SIGLES DES ORGANISATIONS

AFFICHETTE

sam, 12/01/2019 - 20:06

LES RETRAITÉ.E.S AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

RENDEZ NOUS NOTRE POUVOIR D'ACHAT

REPRENEZ VOS " CADEAUX "

EN PIÈCE JOINTE L'AFFICHETTE

HCFEA PROPOSITION PROGRAMME 2019

sam, 12/01/2019 - 20:00

CI JOINT LA PROPOSITION DE PROGRAMME

HCFEA RAPPORT ACTIVITE 2017-2018

sam, 12/01/2019 - 19:56

CI JOINT LE RAPPORT D ACTIVITÉ

HCFEA CALENDRIER 1ER SEMESTRE 2019

sam, 12/01/2019 - 19:52

CI JOINT LE CALENDRIER