Actualités 1er degré

S'abonner à flux Actualités 1er degré
SNUipp-FSU Blog Posts
Mis à jour : il y a 4 semaines 23 heures

Psychologues : du nouveau à la rentrée 2016

ven, 03/04/2015 - 10:23

Le 13 mars dernier se concluait le cycle de travail consacré au nouveau corps de «&nbsppsychologues de l'Éducation nationale&nbsp» qui va regrouper les psychologues des écoles et les COPSY (conseillers d'orientation psychologues du 2nd degré).

Un nouveau corps

Ce nouveau corps, qui sera effectif à la rentrée 2016, devrait permettre de mieux «&nbspaccompagner les élèves dans la réussite de leur parcours scolaire dans une école inclusive, […] de participer à la mise en œuvre d'une meilleure continuité école-collège [et] de contribuer au renforcement du dialogue entre l'école et les familles&nbsp» déclinent les fiches de travail. Depuis sa création, le SNUipp-FSU est favorable à cette évolution qui correspond à une demande de clarification statutaire des personnels du 1er degré et qui permettra d'assurer le renouvellement de la profession. Le corps de psychologues de l'Éducation nationale comportera désormais 2 spécialités, une pour le 1er degré et une pour le 2nd degré, ce qui évitera toute fongibilité. La concertation pour la liaison CM2-6ème ne s'accompagnera pas d'intervention des psychologues des écoles dans le collège.

Carrière

Pour les personnels en poste, le SNUipp-FSU a obtenu l'intégration automatique, sans concours et sur le même poste, le maintien des droits acquis après 15 ans de services actifs pour le départ en retraite ainsi que l'engagement du maintien des obligations réglementaires de service (ORS). Les carrières devraient être améliorées avec l'augmentation du ratio à la hors classe.

Formation

L'année de fonctionnaire-stagiaire consistera en une véritable année de formation consacrée à des temps en centres de formation, en ESPE et sur le terrain : connaissances sur le système éducatif et les méthodologies d'apprentissage, posture professionnelle, travail en équipe avec les équipes enseignantes, au sein du RASED, analyse de pratiques... Les nouveaux concours de recrutement et les modalités de formation devraient être opérationnels en mai 2017. Le SNUipp-FSU a demandé qu'un groupe de travail spécifique se mette en place pour l'élaboration du schéma de formation pour le master et l'année de stagiaire afin notamment de préciser le stage en responsabilité et l'articulation entre les différents temps et lieux de formation.

A consulter :

SNUipp infos n°114 - spécial psychologues

Nouveau calendrier scolaire : la montagne avant les enfants

jeu, 02/04/2015 - 07:08
Rentrée et sortie
  • Pour 2015, la rentrée des élèves est calée au mardi 1er septembre, celle des enseignants au lundi 31 Août. La sortie se fera le mardi 5 juillet au soir. 
  • Pour l'année 2016-2017 les enseignants reprennent le mardi 31 août et les élèves le mercredi 1er septembre. La fin des cours est fixée le jeudi 6 juillet.
  • Pour l'année 2017-2018, les enseignants reprendront le vendredi 1er septembre et les élèves le lundi 4 septembre. La sortie se fera pour les écoles le samedi 7 juillet. (Ou le 6 pour la plupart des écoles qui ne travaillent pas le samedi.) N.B : Un calendrier spécifique s'applique à certains départements d'Outremer.
Le découpage des zones revu

  • Zone A : Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Besançon, Dijon, Bordeaux, Limoge, Poitiers 
  • Zone B : Amiens, Lille, Strasbourg, Nancy-Metz, Reims, Caen, Rouen, Orléans-Tours, Nantes, Rennes, Aix-Marseille, Nice
  • Zone C : Créteil, Paris, Versailles, Montpellier, Toulouse

Le ministère maintient le principe des trois zones pour les vacances d'hiver et de printemps mais aligne les académies sur les futures grandes régions. Côté rythmes, de fait, la première zone n'aura que cinq semaines d'école entre les vacances de noël et d'hiver et 12 semaines d'école entre les vacances de printemps et celles d'été.

Le pont de l'Ascension banalisé
Le pont de l'ascension est inscrit au calendrier scolaire

Au final, c'est beaucoup de bruit pour peu de changements.
Le SNUipp-FSU note que le débat sur le calendrier scolaire est mené par à-coups, sans réflexion cohérente sur l'ensemble. Il regrette que du fait du maintien des trois zones avancées sur les périodes d'enneigement, l'année scolaire restera toujours aussi déséquilibrée entre périodes scolaires et périodes de repos avec notamment un troisième trimestre très long. la réforme des rythmes de la journée et de la semaine était soi-disant faite pour l'enfant. Et les rythmes de l'année, c'est pour qui ?

Télécharger :

Quel avenir pour la 6ème Segpa ?

mar, 31/03/2015 - 22:51

Une première discussion sur une nouvelle circulaire de fonctionnement de la SEGPA s'est ouverte le 31 mars dernier. Ce nouveau texte doit entrer en application à la rentrée 2016 en même temps que la réforme du collège. Il remplacera les textes de 2006 et 2009 qui cadrent actuellement le fonctionnement de la SEGPA.

Reprenant des propositions avancées par le SNUipp, le texte réaffirme la SEGPA comme une structure avec quatre divisions, des moyens fléchés et une équipe formée de PE spécialisés, de PLC, d'un directeur adjoint de SEGPA qui assure la coordination et l'organisation. De même, il est rappelé qu'un des buts de la structure est bien la préparation pour tous les élèves à une formation professionnelle diplômante de niveau V.

Les deux principaux changements résident dans les modalités d'admission des élèves et dans le fonctionnement pédagogique notamment la classe de 6ème.

Pour le premier, la circulaire prévoit une pré-orientation en fin de CM2 qui doit être entérinée à l'issue de la 6ème par le conseil de classe. Le redoublement ayant aujourd'hui un caractère exceptionnel, il n'est plus une condition pour l'entrée des élèves en 6ème SEGPA. Des admissions en segpa d'élèves en grande difficulté sont également possibles à l'issue de la 6ème. Reste que le SNUipp demande que soient définis des critères d'orientation partagés et lisibles, que cette orientation soit du ressort de la CDOA et soit préparée en amont avec les familles.

Le gros problème réside dans la définition de la 6ème Segpa. Le ministère propose que les élèves soient inscrits dans une classe de référence où l'enseignant de Segpa viendrait en appui soit en co-intervention, soit en prenant des groupes d'élèves. Pour le SNUipp, ce projet est plus que flou. Comment est-il possible qu'un PE de Segpa "se coupe en quatre" pour aider ses élèves répartis sur plusieurs classes de 6ème ? Comment s'organiseront concrètement l'emploi du temps et les apprentissages des élèves ? Tout cela ne paraît absolument pas opérationnel et signe la fin annoncée de la classe de 6ème Segpa qui délivre des enseignements adaptés aux élèves présentant des difficultés lourdes.

Le SNUipp souhaite une meilleure inclusion des élèves au sein du collège et il faut par exemple cadrer les temps d'apprentissage partagés en développant les enseignements en barrette dans plusieurs disciplines en baissant les effectifs des classes. De plus, le syndicat demande que soit fait référence aux actions pédagogiques adaptées, telles que décrites dans la circulaire de 2009 ( développement de l'estime de soi, climat de confiance, participation à la vie du collège, processus d'enseignement adapté « dynamique », pédagogie de projet, notion d'évaluation…).

Des réorientations sont donc indispensables. Le SNUipp a demandé au ministère qu'il revoit sa copie pour les prochaines réunions.

Lire aussi :
sept grands principes pour une SEGPA de la réussite de tous

Sept grands principes pour une SEGPA de la réussite de tous

mer, 25/03/2015 - 16:27

Dans un contexte de réforme des collèges et du nouveau cycle III (CM1-CM2, 6ème), la SEGPA est une voie originale qui propose un enseignement de collège adapté, accueillant des élèves en très grande difficulté scolaire. Sa structure et sa cohérence sont autant de points d'appui pour la réussite des élèves dans la poursuite de leur scolarité, et dans leur accès à une formation qualifiante de niveau V comme le précise le dernier rapport Delaubier sur la grande difficulté scolaire.

En plus de lutter efficacement contre le décrochage scolaire, elle représente un atout indéniable pour le système actuel et doit trouver des améliorations dans son fonctionnement pour être encore plus efficace dans la prise en charge pédagogique des élèves qui lui sont confiés.

Le SNUipp-FSU avance sept principes pour une SEGPA qui participe à la réussite des élèves en grande difficulté scolaire dans le collège unique.

Une structure avec des moyens propres et fléchés de la 6ème à la 3ème

Les SEGPA doivent avoir les moyens de réaliser leurs objectifs, avec des dotations horaires globales adaptées aux besoins. La structure SEGPA repose sur les quatre années du collège, avec un minimum d'une division par niveau de 15 élèves maximum et un enseignant spécialisé par classe.

La classe de 6ème SEGPA doit être maintenue et adaptée aux besoins des élèves. Son objectif est de favoriser l'insertion au collège qui connait des modalités de vie scolaire et une organisation pédagogique différentes de l'école élémentaire.

Modalités d'admission des élèves

L'admission doit s'effectuer dès la sortie du CM2 et être préparée avec les parents en fin de CM1, avec une réelle liaison CM2-6éme SEGPA. Toutefois, de nouvelles admissions peuvent être envisagées à l'issue de la 6ème.

La proposition d'orientation en SEGPA doit se faire en fonction de critères lisibles, permettant de déterminer la persistance de la grande difficulté scolaire. La proposition d'orientation doit être le résultat d'un travail d'équipe pluri-professionnelle. Une évaluation du projet de l'élève à chaque fin d'année scolaire est nécessaire pour,le cas échéant, réorienter l'élève en milieu ordinaire.

Une intégration des élèves améliorée au sein des collèges

Les élèves de SEGPA doivent se sentir intégrés à part entière à la vie du collège au même titre que l'ensemble des élèves. Les enseignements adaptés en SEGPA sont une ouverture possible vers le collège et favorisent le travail commun avec les classes ordinaires.

La possibilité de bénéficier de temps d'apprentissages partagés avec les autres collégiens, comme cela existe déjà dans de nombreux collèges, doit être développée. Les regroupements pédagogiques sur une base de groupes de besoins, ou de groupes à thèmes, pourraient contribuer à favoriser des pratiques novatrices entre les PE, les PLP et les PLC dans certains champs disciplinaires. Ces initiatives doivent être encouragées dans le respect des statuts et des missions des personnels.

Une poursuite d'étude de qualité vers une formation qualifiante et diplômante de niveau V

Ouverture à tous les CAP sans restriction, développement des liaisons SEGPA-Lycées professionnels avec des dispositifs d'accompagnement : l'amélioration des possibilités d'orientation est nécessaire pour lutter contre les effets de filières et les prédéterminismes sociaux, culturels et sexués des choix de formation. L'enseignement de Prévention santé environnement, discipline commune entre la SEGPA et le lycée, pourrait être un des moteurs de la liaison.

Des personnels formés

Le fonctionnement d'une SEGPA nécessite des enseignants spécialisés et formés. Il est donc nécessaire que dans chaque département soient proposés des départs en formation CAPA-SH option F correspondant aux besoins identifiés. Des animations pédagogiques sont nécessaires au maintien de la qualité des enseignements proposés dans l'adaptation scolaire. Des modules sur l'enseignement adapté doivent aussi être proposés dès la formation initiale. Les personnels chargés des directions de SEGPA doivent être titulaire d'un DDEEAS, qui devra être revalorisé.

Le statut des personnels exerçant en SEGPA revalorisé

Les obligations de service devant élèves doivent être portées à 18H00. Les heures de coordinations et de synthèses, rémunérées au taux plein, doivent être attachées au statut et aux missions des enseignants intervenants en SEGPA, ainsi que l'ISAE/ISOE au même titre que les enseignants du 1er et du 2nd degré.

Un pilotage national

Un cadrage au niveau national doit permettre d'évaluer le fonctionnement de la structure, les freins et les réussites. Ce cadrage doit favoriser aussi une formation spécifique et des travaux de recherche dans le domaine de l'enseignement adapté afin d'étudier le dynamisme et les innovations pédagogiques existant en SEGPA.

Évaluations CE2 : premières précisions

dim, 22/03/2015 - 10:51

Tout reste à faire pour le dispositif d'évaluation "Français" en début de CE2 annoncé par la ministre le 16 mars dernier. Interrogé par le SNUipp-FSU, le cabinet de la ministre a indiqué que l'année scolaire 2015-2016 devrait être celle de la mise en route avec une passation d'items sur des écoles test volontaires. En effet, la mise en place d'un tel dispositif demande du temps afin de vérifier la pertinence des exercices proposés aux élèves.
Le SNUipp a fait valoir qu'il fallait de la cohérence avec les nouveaux programmes de cycle II ( CP,CE1 et CE2) qui n'entreront en vigueur qu'à la rentrée 2016. Au final, le ministère compte atteindre la vitesse de croisière pour la rentrée 2016 en mettant à disposition des enseignants une banque d'exercices d'évaluation en français et s'interroge pour les mathématiques.

Par ailleurs, ces évaluations ne devraient pas faire l'objet de remontées nationales mais être des outils au service des équipes des écoles. La Direction de l'évaluation de la prospective et de la performance (DEPP) est chargée de travailler avec la Direction de l'enseignement scolaire (Dgesco) sur ce dossier.

Le SNUipp souhaite que le projet des évaluations «&nbsptest&nbsp» lui soit présenté. Pour le syndicat, ces outils doivent bien être au service des apprentissages des élèves et permettre aux équipes enseignantes d'analyser et de comprendre les réussites et les difficultés des élèves en début d'année de CE2.

Comme il l'avait demandé lors de sa contribution à la conférence sur l'évaluation de janvier dernier, il souhaite également que cela ne soit pas un protocole lourd et chronophage et que le dispositif prenne la forme d'une banque d'outils mise à disposition des équipes. A suivre.

Maternelle : les nouveaux programmes décryptés

lun, 16/03/2015 - 11:37

Les nouveaux programmes de maternelle sont prêts. Des programmes plus équilibrés, plus lisibles et plus opérationnels et qui, pour le SNUipp-FSU, vont dans le bon sens. Ils dessinent les contours d'une école maternelle bienveillante et exigeante, soucieuse du développement langagier, sensoriel, culturel, corporel et social de tous les enfants. Il faudra néanmoins que leur mise en œuvre soit accompagnée dans la durée et que des questions de fond telles que les effectifs par classe et la nécessité d'une solide formation soient réglées.

Télécharger le quatre pages

Lire aussi :
le dossier de Fenêtres sur cours

10èmes entretiens de la petite enfance

lun, 16/03/2015 - 09:45

Ce sont les 22 et 23 avril que se dérouleront cette année, à Cassis, les désormais traditionnels entretiens de la petite enfance. Organisés par l'association Du côté des enfants*, en partenariat avec la ville de Cassis et l'Inspection académique des Bouches-du-Rhône, ils réuniront enseignantes et enseignants des écoles maternelles, éducatrices de jeunes enfants, personnels de crèches, ATSEM et assistantes maternelles. Des personnalités venues d'horizons et de domaines d'expertise diversifiés viendront nourrir leur réflexion à l'occasion de conférences et de tables rondes.

Au programme cette année

La littérature Jeunesse est à l'honneur, avec Mireille Brigaudiot, maître de conférences à l'IUFM et Joëlle Turin, formatrice et critique de littérature jeunesse qui évoqueront les «&nbspallées et venues entre pensée des enfants et pensées des personnages dans les albums&nbsp». Nathalie Brisac, auteure, empruntera «&nbsple chemin de l'école des loisirs…&nbsp» autour de deux expositions : La fabrique d'un livre et Nos héros préférés. «&nbspIl y a un temps pour tout… Pour les enfants aussi ?&nbsp» interrogera Viviane Bouysse, Inspectrice générale de l'éducation nationale. Pour Françoise Carraud, maître de conférences à l'université de Lyon 2, il s'agira d'évoquer l'enfance au cinéma. Michel Fayol, professeur des universités, chargé de programme à l'Agence nationale de la recherche (ANR) traitera quant à lui d'art et de petite enfance.

Enfin, une table ronde réunira Nicole Geneix et Laurence Chartier, de l'association Du côté des enfants, autour de la vie à l'école quand on est tout petit. On peut s'inscrire dès maintenant.

*L'association Du côté des enfants entend contribuer aux réflexions et débats publics sur les politiques publiques de la petite enfance et de l'enfance en lien avec les travaux de chercheurs, d'experts et de professionnels.

Télécharger :
le programme complet
le bulletin d'inscription

Permutations informatisées : des résultats très décevants

lun, 09/03/2015 - 19:14

Les sections départementales du SNUipp-FSU sont mobilisées afin d'informer précisément les enseignants des écoles qui ont participé aux permutations informatisées dont les résultats sont maintenant connus. Elles proposent notamment toutes les informations utiles concernant les démarches à engager pour la suite. (Contacter le département obtenu, renouveler sa demande lors de la deuxième phase...)

La très légère amélioration constatée l'an passé ne se confirme pas du tout puisque les résultats donnent un taux de satisfaction de 21,67% cette année contre 23.09% en 2014. 3 539 personnes ont obtenu satisfaction sur un de leurs vœux, pour 16 330 candidats. Ces résultats restent très en deçà de ceux enregistrés avant 2011.

Le graphique ci-après recense la constante dégradation de ce mouvement inter-départemental :

Évolution du taux de satisfaction aux permutations informatisées (global et rapprochement de conjoint) depuis 2005

Le taux de satisfaction des enseignant-e-s bénéficiant des 800 points est de 95.15 %. Lors de la phase des ineat/exeat, le SNUipp demandera un suivi individualisé des demandes non satisfaites.

Un groupe de travail “bilan” est d'ores et déjà prévu au ministère le mardi 17mars à 10h00. Le syndicat y portera à nouveau son exigence de voir cette question traitée au mieux de l'intérêt des enseignants du premier degré, dont beaucoup vont se voir à nouveau contraints à des choix difficiles entre leurs aspirations professionnelles et leurs situations familiales.

Lire aussi :
les statistiques globales par département
les statistiques de la participation en 2015

Contacter :
votre section départementale du SNUipp-FSU

Mise en place du PAP

lun, 09/03/2015 - 15:21

La loi de refondation de l'école a introduit le principe d'un plan d'accompagnement personnalisé (PAP) qui s'adresse aux élèves «&nbspdont les difficultés scolaires résultent d'un trouble des apprentissages&nbsp». La circulaire d'application, parue au BO du 29 janvier dernier, précise que les élèves concernés sont «&nbspceux pour lesquels ni le PPRE*, ni le PAI** ne constituent une réponse adaptée, et dont la famille n'a pas fait le choix de recourir à la MDPH pour l'élaboration d'un PPS***&nbsp». Révisé tous les ans, le PAP émane du conseil de maîtres ou de la famille elle-même. Les troubles doivent être constatés par un médecin puis le médecin scolaire donne un avis sur la mise en place du PAP. Le plan est ensuite élaboré par l'équipe pédagogique, qui associe la famille et les professionnels concernés. Puis il est soumis à la famille et présenté à l'élève concerné avant sa mise en œuvre.

Un risque de sur-médicalisation

Pour le SNUipp-FSU, en l'état, le PAP ne constitue pas une réponse appropriée car il accentue le risque de sur-médicalisation de la difficulté scolaire. Le syndicat revendique une formation des enseignant-es sur les modalités de différenciation et les pratiques en direction des élèves les plus fragiles ainsi que les moyens nécessaires au fonctionnement des RASED et à la prise en charge des élèves en difficulté. Le PAP ne doit pas non plus servir à masquer le manque d'AVS ni devenir une charge de travail supplémentaire dépourvue de sens. En l'état il doit demeurer un outil qui aide les équipes dans les écoles à mettre en place les aménagements qu'elles jugeront utiles. A cet égard, il n'est pas nécessaire, lors de l'élaboration d'un PAP, de remplir et mettre en place la totalité des items, les listes des aménagements proposés n'étant qu'indicatives. La circulaire recommande d'ailleurs de ne sélectionner que ceux qui sont indispensables et «&nbsppourront être poursuivis tout au long de l'année scolaire&nbsp». Le recours à la MDPH doit toutefois rester possible pour les familles qui en font la demande.

A consulter :
La circulaire sur le PAP au BO du 29 janvier 2015
La brochure du Ministère : Répondre aux besoins éducatifs des élèves : quel plan pour qui ?

*Programme personnalisé de réussite éducative **Projet d'accueil individualisé ***Projet personnalisé de scolarisation

La fessée au banc des accusés

lun, 09/03/2015 - 11:49

C'est un camouflet. Le 4 mars dernier, la France s'est vue condamnée par le conseil de l'Europe pour ne pas prévoir «&nbsp d'interdiction suffisamment claire, contraignante et précise des châtiments corporels &nbsp» dans sa législation. Une décision toute symbolique et non-contraignante, mais qui relance le vieux débat sur l'utilité ou les dangers de la fessée dans l'éducation des enfants. «&nbsp Perte de maîtrise&nbsp», «&nbspusage et abus d'un rapport de force inégal &nbsp», «&nbsp gestes humiliants et attentatoires à la dignité de l'enfant &nbsp», la plupart des pédopsychiatres sont hostiles aux fessées, qui signent avant tout une «&nbsp faillite des parents &nbsp» comme le relève le pédiatre Aldo Naouri. Pour Agnès Florin, spécialiste de la psychologie de l'enfant, gifle ou fessée «&nbsp ouvrent la porte aux violences car chacun va avoir sa propre vision de ce qu'est une “petite” fessée et toute atteinte physique à l'enfant est une atteinte à son intégrité. C'est tout sauf prendre en compte l'autorité parentale. &nbsp»

Convaincre ou légiférer  ?

Pourtant, d'après les derniers sondages, 80 % des français restent opposés à une interdiction qui saperait cette autorité. Un chiffre qui explique peut-être la prudence de Laurence Rossignol, Secrétaire d'Etat à la famille, qui tout en se déclarant «&nbsp favorable à une éducation sans violence &nbsp» estime que convaincre les parents d'abandonner les punitions corporelles ne passe pas par la loi et qu'on peut élever ses enfants et leur donner un cadre sans y recourir. Un cadre légal d'ailleurs difficile à définir, celui de la maltraitance existant déjà, et qui ne prendrait pas en compte la notion de violences psychologiques sur lesquelles il est impossible de légiférer. Pourtant, depuis 1979, 44 états ont aboli en droit les châtiments corporels à l'encontre des enfants.

L'évaluation formative en pointe

lun, 09/03/2015 - 09:18

Cette forme d'évaluation, qui identifie les besoins des élèves afin d'ajuster l'enseignement en cours d'apprentissage, contribuerait davantage «&nbsp à améliorer les résultats scolaires et à résorber les inégalités &nbsp» qu'une évaluation sommative qui se contente de «&nbsp valider les résultats des élèves à différents moments dans le temps  &nbsp». Mais pour qu'elles soient efficaces, les pratiques d'évaluation formative doivent être «&nbsp alignées sur les objectifs d'apprentissages et centrées sur l'élève &nbsp» précise l'OCDE qui préconise de mieux les faire connaître en «&nbsp donnant aux enseignants les moyens dont ils ont besoin. &nbsp» Le ministère Néo-zélandais a ainsi répertorié et mis à disposition des outils afin que les enseignants choisissent ceux qui sont les plus adaptés à leurs objectifs. En Norvège, l'évaluation formative fait désormais partie des obligations des établissements scolaires et parallèlement le ministère a impulsé plusieurs programmes de formation et d'échange de pratiques.

Singularité hexagonale

En France, «&nbsp la culture de l'évaluation est relativement récente, contrairement aux pratiques de contrôle et de certification  &nbsp». Le redoublement et l'évaluation sont liés souligne le rapport qui relève que 97% des élèves sont scolarisés dans un établissement où l'évaluation ne sert qu'à valider des résultats et à décider des passages ou des redoublements. A l'inverse, moins de 20% des élèves islandais, danois ou norvégiens sont scolarisés dans des établissements adoptant ce type d'évaluation.

Lire en ligne :
le rapport «&nbsp Perspectives des politiques de l'éducation 2015&nbsp»

Le 20 mars, observer l'éclipse !

jeu, 05/03/2015 - 17:50
Que se passe-t-il dans le ciel du 20 mars prochain  ?

un document sur les éclipses en général, sur celle du 20 mars en particulier, et des conseils pour une observation par projection.
C'est ici

la carte de France de l'éclipse du 20 mars 2015 avec les heures et le pourcentage d'obscurité
C'est ici

On peut facilement et sans danger observer l'éclipse par projection. Il suffit d'utiliser une feuille (carton) percée d'un trou (quelques millimètres de diamètre) et d'observer la projection du Soleil… on peut même utiliser une écumoire, et on obtient autant d'images de l'éclipse que de trous !
Voir ici

Lire aussi :

l'interview de Jean-Louis Heudier dans le Fenêtres sur cours spécial Université d'automne
voir l'interview vidéo 
Les précautions ministérielles

Visiter :

le site internet de l'astronome

Rue du monde propose des ressources

ven, 13/02/2015 - 12:19

Nombre de leurs ouvrages permettent d'interroger le Monde, de manière directe avec des livres documentaires, ou par des biais plus littéraires et artistiques, notamment à travers la poésie. Pour la maison d'édition, il s'agit de «&nbspDessiner sans relâche cette République de l'audace qu'il nous faut chaque jour réinventer contre la haine et la barbarie, contre toutes les injustices et les désespérances qui les nourrissent.&nbsp»

«&nbspJ'atteste&nbsp» : un texte du poète marocain Abdellatif Laâbi

Le poète Abdellatif Laâbi qui a payé fort cher sa liberté d'expression dans les prisons marocaines a fait parvenir à l'éditeur un poème en réaction aux assassinats du début janvier. Rue du monde en a réalisé 15 000 affiches à destination du public. Disponibles gratuitement dans 400 librairies et dans les sections départementales du SNUipp-FSU, elles permettent d'aborder les questions posées ces dernières semaines. Évoquer, débattre des douleurs vécues n'est pas simple. La poésie le permet, différemment…

Ce texte figurera dans l'anthologie poétique de la maison d'édition Je rêve le monde, assis sur un vieux crocodile qui sortira à l'occasion du prochain Printemps des poètes.

Télécharger le poème d'Abdellatif Laâbi «&nbspJ'atteste&nbsp»

Des livres pour aborder les événements de janvier 2015 avec les enfants Pour les 2-6 ans

Poisson et Chat (J. Grant / N. Curtis)

Une fable poétique sur la tolérance et l'écoute de l'autre, surtout quand on est très différent !

J'ai vu quelque chose qui bougeait (A. Serres / S. Bonanni) Inspiré d'un proverbe tibétain, un texte généreux qui dit la fraternité et la richesse des différences.

Tous pareils, tous pas pareils (M. Séonnet / O. Pasquiers) Des demi-photos qu'on associe pour créer 625 visages. Une belle expérience de la diversité !

Tous en couleurs, tous en bonheurs (M. Séonnet / Zaü) Sur la même idée que le précédent, mais avec des portraits dessinés au trait et à colorier.

Le livre qui parlait toutes les langues (livre-CD) (A. Serres / F. Sochard / musique N. Allemand) Avec le concours de l'Inalco Une amusante histoire de loup auquel le petit héros échappe grâce à d'autres langues que le français. Un support ludique (livre-CD) pour découvrir très jeune le multilinguisme et les cultures du monde.

Pour les 6-10 ans

Je m'appelle pas Ben Laden (B. Chambaz / Barroux) Une fiction et un cahier documentaire autour des événements du 11 septembre 2001 et du danger de l'amalgame entre islam et islamisme.

Mon école à nous (A. Serres / Pef) Un petit livre salutaire qui propose aux enfants des règles de vie simples : les lois laïques de la République ! Un album ludique pour évoquer la laïcité.

Les contes de l'olivier (C. Gendrin / J. Gueyfier) Des contes juifs et arabes réunis pour enrichir le vivre ensemble.

Le premier livre de toutes nos couleurs (A. Serres / Zaü)

Un petit documentaire pour réfléchir avec les plus jeunes à l'arc-en-ciel de l'humanité, à l'histoire des relations entre les Terriens et à la tolérance.

La devise de ma République (A. Serres / O. Tallec) Une fresque de 5 m qui se déplie et laisse apparaître des enfants multicolores, des gens ordinaires et des personnages-clés autour de la liberté, de l'égalité et de la fraternité.

La cour couleurs Anthologie de poèmes contre le racisme (J.-M. Henry / Zaü) 45 poètes de tous les continents pour dire l'amitié et le respect des différences. Une bouffée d'air fraternel !

Je suis un gros menteur (K. Ressouni-Demigneux) Ismaïl fait croire à ses copains qu'il est juif. Mais son papa est marocain et s'appelle Mohammed… Un petit roman plein d'humour où les communautés s'entendent finalement assez bien !

Pour les 10-15 ans

Le grand livre contre le racisme (Collectif d'auteurs / Zaü) Un documentaire de référence sur toutes les discriminations, avec les principales lois qui les sanctionnent.

Mandela, l'Africain multicolore (A. Serres / Zaü) Le parcours d'un humaniste hors du commun, devenu symbole universel de paix et de liberté.

Martin et Rosa (R. Frier / Zaü) Portraits croisés de deux grandes figures de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis : Martin Luther King et Rosa Parks.

Le grand livre contre toutes les violences (Collectif d'auteurs / B. Heitz) Guerres, cours d'école, cités… Des dossiers variés pour réfléchir et essayer de gérer la violence, sa violence, seul et ensemble. Avec des grands témoins comme Claire Brisset, Marcel Rufo, Jean-Pierre Rosencveig, Boris Cyrulnik…

Machin-Truc-Chouette (H. Ben Kemoun / V. Joffre) Un album fort sur la place qu'on accorde à ceux qui viennent d'ailleurs. Une fable sans fard pour lutter contre le repli sur soi.

La cour couleurs Anthologie de poèmes contre le racisme (J.-M. Henry / Zaü)

Sœur blanche, sœur noire (Y. Pinguilly / B. Pilorget) Un roman qui salue la dignité humaine, et ceux qui osent s'opposer à la domination de certains, hommes ou Blancs, sur les autres.

Lire aussi :
La sélection de livres de Marion Katak pour Fenêtres sur Cours : Liberté, j'écris ton nom
Insurrection poétique, la thématique du prochain Printemps des poètes

Une journée d'étude sur l'EPS à l'école et au collège

jeu, 12/02/2015 - 14:08

En mars, le nouveau socle et les nouveaux programmes seront connus, la réforme du collège également. Qu'en sera-t-il de la place et du développement de l'EPS et du sport scolaire à cette étape de la scolarité ? Pour réfléchir à ces questions, le SNUipp-FSU et le SNEP, syndicat des professeurs d'éducation physique de la FSU, organisent le lundi 23 mars à Paris une journée d'étude plus spécialement tournée vers le cycle 3 et la SEGPA.

Au travers d'interventions de chercheurs, de formateurs, de praticiens de terrain, d'un débat et d'ateliers, il s'agira notamment d'interroger les écarts entre les discours et la réalité, et de mettre en avant les leviers pour transformer et démocratiser l'accès à la pratique physique, sportive et artistique.

Cette journée de réflexion se tiendra au 12 rue Cabanis, dans le 14ème arrondissement (métro Glacière). Elle est ouverte à toutes et à tous, dans la limite des places disponibles.

Télécharger le préprogramme
S'inscrire en ligne jusqu'au 9 mars

CESU aide à la garde des jeunes enfants pour 2015

jeu, 12/02/2015 - 10:09

Vous trouverez ci-après un document concernant les modalités d'attribution du Chèque emploi service universel (CESU), suite à la parution de la nouvelle circulaire de référence (circulaire du 24 décembre 2014 relative à la prestation d'action sociale interministérielle CESU – garde d'enfant 0/6 ans).

En 2014, pour accompagner une baisse de + de 10% de ces crédits, la 3° tranche (aide de 220 €) qui concernait 40% des bénéficiaires avait été purement et simplement supprimée, écartant bon nombre des jeunes enseignants qui pouvaient y prétendre.

Pour 2015 nous avons obtenu du ministère de la fonction publique le maintien de l'intégralité du budget de l'action sociale interministérielle qui a échappé aux réductions de crédits généralisées.

Suite aux interventions de la FSU et des autres organisations syndicales, nous avons obtenu la revalorisation des taux (avec effet rétroactif sur les bénéficiaires de 2014) et la réintroduction d'une troisième tranche d'aide à 265 € au bénéfice des agents en situation monoparentale.

Enfin, une revendication ancienne est satisfaite : une nouvelle mesure au profit des agents affectés dans les départements d'outre-mer (abattement de 20 % sur leur revenu fiscal de référence des demandeurs pour le calcul de leur droit à prestation qui compense le fait que la prime de vie chère amenait à dépasser rapidement les seuils).

Télécharger le document

Toutes les information pratiques

Maternelle : les nouveaux programmes votés au CSE

jeu, 05/02/2015 - 15:30

La nouvelle version des programmes de maternelle qui doivent entrer en vigueur à la rentrée prochaine a été votée à une très large majorité au Conseil supérieur de l'éducation du 5 février. (54 voix pour dont SNUipp, SE, SGEN et 5 abstentions - CGT,SUD- FO absent.) Des programmes concrètement améliorés, qui intègrent une bonne partie des remarques formulées par le SNUipp-FSU et par les enseignants à l'occasion de la consultation.

Au cours des débats du CSE, le syndicat a encore fait évoluer le texte, sur l'évaluation par exemple, qui doit reposer sur l'observation, et sur la progressivité dans la compréhension du nombre.
Il est aussi réintervenu à propos de la place de la phonologie et de la découverte du principe alphabétique, trop faible dans la version initiale et très réévaluée dans la nouvelle version.
L'amendement présenté par le SNUipp a été intégré dans les programmes afin que les activités de phonologie au demeurant nécessaires ne soient pas trop envahissantes : «&nbspdes jeux et activités structurées sur les constituants sonores de la langues n'occupent qu'une part des activités langagières.&nbsp»

Un point d'attention particulier : la place des tout-petits, qui mériterait d'être mieux traitée. Elle fera l'objet d'un document d'accompagnement spécifique.

En résumé

Ces nouveaux programmes apparaissent au bout du compte comme plus équilibrés, plus lisibles et plus opérationnels.

plus équilibrés, entre ce qui relève des missions («&nbspun cycle unique, fondamental pour la réussite de tous&nbsp») et ce qui relève des cinq domaines d'apprentissages (langage, activités physiques, activités artistiques, nombres et grandeurs, explorer le nombre) tout en gardant une longueur raisonnable (28 pages).

plus lisibles, notamment dans les attendus de fin de cycle. Ramenés à 59 au lieu de 135, ces attendus sont plus explicites et plus adaptés.

plus opérationnels, car s'ils ne peuvent pas tout dire, ils ont intégré d'indispensables nouveaux éléments de progressivité en fonction de l'âge des enfants, ce qui faisait défaut dans la précédente version. Les enseignants pourront y retrouver des indications plus claires pour mettre en œuvre une pédagogie spécifique de l'école maternelle : enseignements progressifs, activités variées (jeu, découverte, résolution de problèmes, entrainement), aménagements des espaces, organisation du temps, accueil et lien aux familles, premières rentrées, transition, relation avec le cycle II…

Au final, cette nouvelle version va dans le bon sens. Elle développe des orientations portées par le SNUipp-FSU, s'agissant d'une école maternelle bienveillante et exigeante, soucieuse du développement langagier, sensoriel, culturel, corporel, social de l'enfant et de son envie d'apprendre et de réussir.

Et maintenant ?

Pour le SNUipp-FSU, il va désormais falloir donner aux équipes enseignantes les moyens et les ressources pour mettre en application ces nouveaux programmes.

Le syndicat demande que le ministère les envoie sous forme de livret à chaque enseignante et enseignant de maternelle. Ils constituent un outil professionnel indispensable et n'ont pas à être imprimés sur les crédits pédagogiques de l'école.

Il demande aussi que les enseignantes et les enseignants puissent disposer de documents d'accompagnement efficaces, lisibles et accessibles, en version papier, sur les cinq domaines d'apprentissages, notamment sur le langage, le jeu, les activités physiques, le graphisme et l'écriture et les sciences.

Tout ceci doit s'accompagner d'un véritable plan de formation continue – pas uniquement à distance avec m@gistère ou sous la forme d'une animation pédagogique de trois heures – mais avec la mise en place de stages remplacés de plusieurs jours.

Enfin et surtout, il faut engager une réelle réduction des effectifs par classe. C'est une question de disponibilité des enseignants pour avoir les moyens de solliciter, reformuler, encourager les «&nbsp petits parleurs &nbsp», tous les enfants qui ont besoin de stimulations pas toujours présentes à la maison.

Répondre à ces demandes est indispensables pour que ces programmes, qui vont dans le bon sens, puissent être concrètement mis en œuvre par les équipes au service de la réussite de tous leurs élèves.

Lire aussi :
"Maternelle, changement de programmes", un dossier de Fenêtres sur Cours

Maternelle : comparaison internationale

mar, 03/02/2015 - 12:43

La France est un des pays où la part publique du financement de l'accueil des jeunes enfants est élevée et où l'enseignement « pré-primaire » est le plus développé. Mais, souligne l'Ocde dans sa dernière livraison de chiffres clés qui analyse à la fois l'accueil et la scolarisation des jeunes enfants, les dépenses rapportées au nombre d'élèves scolarisés sont inférieures en France à celles de la moyenne des pays de l'OCDE. De plus, les effectifs sont plus élevés dans la maternelle française et les salaires des enseignants moindres.

Cliquer sur l'image pour agrandir

Améliorer l'équité des systèmes éducatifs

lun, 02/02/2015 - 16:46

Le rapport «&nbsp Perspectives des politiques de l'éducation 2015 &nbsp» rendu public fin janvier souligne que certains pays «&nbsp mettent en place diverses formes de politiques globales en faveur des élèves et des établissements défavorisés. &nbsp» C'est le cas par exemple du Portugal où depuis 2012 on met le paquet sur les zones géographiques aux populations défavorisées et où les taux d'absentéisme et d'abandon scolaire sont supérieurs à la moyenne nationale. Il s'agit d'y «&nbsp améliorer la qualité des apprentissages, d'encourager la coordination entre établissements, société civile, instituts de formation et de renforcer l'adaptabilité aux besoins des élèves  &nbsp». Un programme qui touche 16 % des établissements d'enseignement portugais.

Des programmes destinés aux populations les plus fragiles

En Angleterre, le dispositif Pupil Premium octroie des fonds supplémentaires aux écoles identifiées comme accueillant des enfants qui bénéficient de repas scolaires gratuits. En Finlande, un programme de «&nbsp préparation à l'enseignement de base &nbsp» s'adresse lui spécifiquement aux enfants issus de l'immigration qui ne maîtrisent pas le finnois et en Slovénie, un plan de formation spécifique est dédié aux professionnels participant à l'intégration scolaire de ces publics… d'après les experts de l'OCDE, seuls 16% des 450 réformes éducatives engagées par ses membres depuis 2008 concernent la recherche d'une plus grande équité alors que «&nbsp près d'un élève de 15 ans sur cinq n'atteint toujours pas le niveau minimum de compétences requis pour trouver sa place dans la société d'aujourd'hui. &nbsp»

Lire en ligne :
le rapport «&nbsp Perspectives des politiques de l'éducation 2015 &nbsp»

Les élèves finlandais passent au clavier

jeu, 15/01/2015 - 09:39

Serait-ce la fin de l'apprentissage de l'écriture manuscrite dans les écoles finlandaises  ? C'est en tout cas ce qu'annonçait la presse du pays en novembre dernier. D'après Minna Harmanen, membre du conseil national de l'Éducation, «&nbsp de bonnes compétences en dactylographie sont en effet devenues indispensables. &nbsp» Elle reconnait qu'il s'agit d'une évolution culturelle majeure, «&nbsp mais une bonne maîtrise de la saisie sur clavier est devenue plus importante au quotidien que l'écriture liée  &nbsp» assure-t-elle. D'autant qu'en Finlande, les écoles sont parmi les mieux équipées d'Europe, et dans ce pays, les compétences informatiques sont considérées comme très utiles à l'insertion future des jeunes.

La mesure fait débat

Si l'information semble avoir été assez bien accueillie dans le monde enseignant, certaines associations rappellent néanmoins l'importance des exercices d'écriture dans le développement de la motricité. Alors finies les lignes d'écriture papier-crayon  ? Pas tout à fait. Car si la cursive, avec ses boucles, ses jambes et ses ponts devrait en effet devenir optionnelle sur les pupitres, l'enseignement de l'écriture scripte, elle, restera bien au programme. La mesure, prévue pour entrer en vigueur à la rentrée 2016, fait quoi qu'il en soit débat dans la communauté scientifique, partagée entre les tenants d'un lien intime entre l'acte de lecture et le geste d'écriture et ceux qui recommandent de «&nbsp lâcher la pression &nbsp» sur les exercices de calligraphie pour que les enfants puissent mieux se concentrer sur ce qu'ils ont à dire.